Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Chroniques à brac par

Si l’originalité est devenue la règle, s’affirmer comme banal est devenu original.

samedi 30 septembre 2017 - Commentaire : 0

Accueil » Si l’originalité est devenue la règle, s’affirmer comme banal est devenu original.

Si les réseaux sociaux m’ont bien appris quelque chose, c’est que désormais tout le monde se dit « geek », « nerd », « vegan », « licorne », « sans gluten ».

Moi aussi, j’ai été élevé avec l’ambition et l’enthousiasme de mes parents : tout me semblait possible, j’étais unique, original et merveilleux.

Hélas, comme beaucoup de personnes de ma génération Y ou Z, je me suis aperçu que le monde était étroitement cloisonné . Et au fur et à mesure, j’ai pu comprendre que ces cloisons sont faites pour mieux contrôler et monétiser les personnes.


Là vous me dites : arrête Lancenoire, t’es encore en train de nous pondre une vieille théorie du complot !

Que nenni mes amis. Si l’on y réfléchit simplement, s’affirmer comme appartenant à une sous-catégorie, vous identifie plus simplement, aussi bien pour vos semblables que pour ceux qui souhaitent vous vendre des biens et services. C’est d’ailleurs grâce à ce mécanisme que vous rencontrez des gens ayant les mêmes différences dans les réseaux sociaux (ou points communs, c’est à vous de voir). Vous ne faites partie que d’une évolution économique qui déteint aujourd’hui en comportement social : la diversification de masse.

C’est quoi ça encore, vous m’demanderez? C’est très simple : avant, on faisait de la «mass production» et puis, l’innovation technologique étant, désormais, on fait de la «mass diversification». C’est à dire qu’on fait des petites séries de production très diversifiées et plaisant au plus grand nombre, avec en bonus la valeur perçue d’être quelqu’un d’unique.

original

Comme les joies du capitalisme consumériste ne sont pas que tangibles, vous avez cette impression d’appartenance exclusive à une ou plusieurs sous-cultures. Ce qui est totalement faux, puisque la culture n’a jamais nécessité de consommation… Elle n’a besoin que d’avoir un accès à ses informations. Vous vous croyez sûrement très spécialiste BD en ayant une grosse collec’ chez vous, mais aller à une bibliothèque (ou internet, pourquoi pas?) aurait probablement le même effet.

Si nous sommes tous « des copies de copies de copies », comme l’exprime si bien Chuck Palahniuk, que pouvons nous faire pour nous construire une identité propre? Peut-on encore s’affirmer comme original?

Tout d’abord qu’est-ce que l’originalité? Être novateur et totalement différent. Est-ce possible après plus de deux millénaires de culture judéo-chrétienne? Non, impossible dans ce domaine. La plupart des concepts ont déjà été créés et j’en suis sûr quelqu’un s’est déjà fait la même idée que moi : si tout le monde est original, plus personne ne l’est! (si c’est le cas manifeste-toi on fondera un club)

À mon premier cours de français au lycée, ma prof a affirmé que la Bible était le seul roman qu’il fallait lire. Les restants n’étant que des variantes. L’idée paraît excessive, mais comme toute hyperbole, elle a un fond de vérité ironique…

Comment cultiver alors une certaine originalité ?

Le première étape est de savoir ce qui a été fait. Sinon, vous auriez l’air fins à la première remarque du genre : « nan mais machin truc l’a fait sans les 70’s, t’es soit ignare, soit plagieur! »

La deuxième est de créer à partir de l’existant. A vous de voir si vous serez vraiment originaux, car plus l’on sait ce qu’il s’est fait, moins l’on a impression d’être original. Et c’est dans les petites différences de nos réalisations, que nous pouvons enfin trouver de l’originalité.

L’art de la variation est donc la seule véritable originalité de nos jours. Ce que vous faites de vos différences vous rend original.

Ne confondez surtout pas posséder et être. Vivez libres de pouvoir malmener ce qui existe. Vivez sans crainte d’utiliser ce qui a déjà été fait, comme on sample sans vergogne de la musique. Adaptez des textes qui vous touchent en y laissant votre touche. Vous auriez pensé à une chose, quelqu’un a eu le temps d’y penser bien avant vous. Utilisez ce qui a déjà été fait pour créer. Exprimez ce qui vous chante et citez ceux avant vous, quand c’est possible (j’en ai bavé mais désormais j’ouvre les guillemets).

Ne recherchez pas l’originalité à tout prix, privilégiez plutôt la créativité, même si elle n’est pas très originale. Ce n’est pas ce que vous êtes qui est unique, c’est surtout ce que vous en faites qui le devient.

original
C’n’est qu’un point de vue et, pour un nietzschéen comme moi, le vôtre a sûrement autant de valeur que le mien. Ainsi, point de débat futile n’est possible, merci d’avance.

Bisous les bukowskiens!

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *