Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Chroniques à brac par

Comprendre la grève du personnel des EHPAD et de l’aide à domicile

mardi 30 janvier 2018 - Commentaire : 0

Accueil » Comprendre la grève du personnel des EHPAD et de l’aide à domicile

Aujourd’hui, le personnel des EHPAD et de l’aide à domicile manifeste dans toute la France pour demander plus de moyens. La presse devrait en parler mais vu qu’ils ne sont pas experts du sujet, on vous donne quelques éléments importants pour comprendre le mouvement et les causes racine.

Ce mardi 30 janvier, des milliers d’aides soignantes, d’aides à domicile, d’infirmières et de cadres des EHPAD (Etablissement hospitalier pour personne âgée dépendante), des SAAD (Services d’aide et d’accompagnement à domicile) et SIAD (Soins infirmier à domicile) vont manifester et demander à l’Etat un peu de respect, des moyens et une meilleure prise en compte de leurs difficultés. Comme d’habitude, vous verrez des banderoles syndicales, des gens à bout qui demandent plus d’argent et quelques chiffres seront balancés sans explication ni source. On vous dira que la profession souffre d’un taux d’absentéisme anormalement élevé (10 pourcents alors que la moyenne nationale est à 4,76) et que les accident du travail y sont deux fois plus nombreux que dans le BTP (96 pour mille). On vous expliquera que cette situation lèse nos aînés qui souffrent d’une maltraitance institutionnelle dont les causes sont le sous-effectif et le manque de moyens. Tout cela est vrai, mais pour mieux comprendre pourquoi on en est arrivés là et pourquoi les choses risquent de ne pas changer, il est nécessaire de regarder un peu dans le rétroviseur.

EHPAD / Aide à domicile : une situation, deux solutions

L’EHPAD est un établissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes. Avant on disait maison de retraite, mais vu l’état de santé de la plupart des résidents actuels, on a tendance à oublier la vocation initialement sociale (au sens « vie sociale ») de ces lieux. Pour reprendre une expression célèbre, les EHPAD qui étaient destinés à être un lieu de vie où l’on soigne sont devenus un lieu de soins où l’on vit. La réputation de ces établissements est épouvantable, les témoignages qu’on voit fleurir dans la presse, plus glaçants les uns que les autres. C’est pour cela que quatre vingt dix pourcent des français déclarent vouloir vieillir chez eux.

ehpad aide à domicile

Et ça tombe bien car depuis une trentaine d’année, le maintien à domicile est plébiscité par les pouvoirs publics pour au moins deux raisons : d’une part, le maintien à domicile coûte moins cher à la Sécurité sociale qu’un hébergement en hôpital ou en EHPAD. D’autre part, le maintien à domicile d’un adulte dépendant mobilise des aidants. Des aidants familiaux d’une part, c’est à dire les proches qui aident bénévolement. Des aidants professionnels d’autre part, comme les soignants et surtout les auxiliaires de vie qui prennent en charge les aspects domestiques du maintien à domicile : aide à la toilette, repas, ménage et sorties. Dès les années 1980, les pouvoirs publics ont détecté le formidable potentiel de l’aide à domicile comme moyen de créer des emplois non délocalisables pour une population féminine (97 pourcent de femmes) et peu formée. Les métiers de l’aide à domicile s’intègrent dans le grand ensemble des services à la personne que le plan Borloo de 2005 a particulièrement développé : les politiques de soutien à la perte d’autonomie ont toujours été fortement articulées avec les politiques de création d’emploi, de même que les politiques d’allègement, voire de suppression des cotisations sociales dans le cas plus large des services à la personne.

Et c’est justement là que le bat blesse : ces professions sont subventionnées par l’Etat qui les prend en charge à 90 pourcents, directement via des aides comme l’aide personnalisée à l’autonomie (APA) et indirectement via des allègements de charge et du crédit d’impôt. Le problème, c’est que l’évolution de la situation de notre pays ne permet plus à l’Etat de telles largesses.

EHPAD / Aide à domicile : Comment en sommes-nous arrivés là ?

La population française vieillit et le nombre de français de plus de 85 ans va tripler d’ici à 2050. Même si la définition du « vieux » varie et même si tous les vieux ne deviennent pas dépendants, il y aura proportionnellement de plus en plus d’adultes en perte d’autonomie et de moins en moins d’actifs pour les aider matériellement ou financièrement (seulement 6 pourcents des plus de 85 ans sont actuellement en EHPAD et seuls 20 pourcents des plus de quatre vingts ans sont en perte d’autonomie).En outre, on vit de plus en plus vieux mais on finit rarement sa vie en bonne santé. Enfin, du fait de l’évolution des modes de vie, de la mobilité professionnelle et de la concentration du travail dans les métropoles, les familles n’ont plus toutes les moyens, le temps ou l’envie de s’occuper de leurs ainés.

ehpad aide à domicile

Aujourd’hui, la prise en charge des aînés en perte d’autonomie coûte plus cher, dure plus longtemps et il n’est pas toujours possible de solliciter la famille. L’Etat est donc confronté à un problème : il faut plus d’argent pour maintenir le système à flot. Mais l’Etat pourrait aussi adopter une autre voie en privatisant partiellement le système, en repensant la division des solutions entre domicile et EHPAD et en réservant sa manne financière aux personnes ayant moins de ressources.

EHPAD / Aide à domicile : un nécessaire changement de paradigme

La situation a changé et le système que nous avons connu jusqu’alors n’est plus supportable. La question centrale dans le débat n’est pas tant de savoir si le gouvernement va mettre encore un peu d’argent sur la table ni comment sauver les emplois des SAAD en région. C’est la question qui motive la mobilisation du 30 janvier, mais à mon avis, la question est plutôt de savoir quel modèle d’organisation va se substituer à l’existant qui n’a pas été pensé pour une société comme celle vers laquelle nous nous dirigeons. Déjà, des start-up se lancent dans les métiers de la dépendance et même si aucune ne disrupte le modèle existant, ces jeunes pousses pourraient imposer à la profession de nouveaux modes de fonctionnement comme l’ont fait Uber avec les taxi, Deliveroo avec la livraison à domicile ou Blablacar avec le covoiturage. Plus généralement, les futurs utilisateurs / clients de l’aide à domicile ou de l’EHPAD sont aussi les utilisateurs de Uber, Air Bnb ou Amazon et ne seront pas aussi tolérants avec un service client médiocre que la génération actuelle de seniors dépendants (qui a connu la guerre et les privations).

Nous devons nous poser deux questions :

Sommes-nous prêts à payer plus pour avoir un meilleur service ? Ceci permettrait un désengagement partiel de l’Etat dans le financement de la perte d’autonomie ou une concentration de son effort à destination des retraités les moins favorisés tout en amélioration la situation des intervenants en leur offrant une meilleure rémunération et des conditions de travail moins difficiles.

Un modèle organisationnel qui ne reposerait pas uniquement sur la mobilisation d’aidants familiaux ou professionnels pour pallier à la perte d’autonomie est-il envisageable ? Ce modèle reposerait sur la e-santé, la domotique, des prestations externes pour les tâches sans valeur ajoutée, du bénévolat pour le lien social et culturel et ne ferait appel à l’humain que pour les tâches de care en alternant maintien à domicile et séjours courts en EHPAD selon la nécessité.

Une chose est certaine : nous avons atteint un point de rupture et l’avenir ne pourra se dérouler sereinement qu’à condition de changer les choses. La question est de savoir quel modèle nous adopterons pour y parvenir.

ehpad aide à domicile 2

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *