Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Cinéma / Série par

Dodo, rêves et Edith Piaf

mardi 30 janvier 2018 - Commentaire : 0

Accueil » Dodo, rêves et Edith Piaf

Je pense qu’il y a des films qu’il faut avoir vus plusieurs fois pour les apprécier, ou même même juste pour les comprendre (bon ça c’est peut être aussi parce que je suis blonde…)

La première fois que j’ai vu Inception, c’était pour faire plaisir à mon mec (j’étais amoureuse, jugez pas).

Il m’avait dit les yeux pleins d’admiration «c’est mon film préféré ».

Je me suis interrogée sur sa santé mentale et puis je me suis souvenue que mon film préféré c’était joyeuses Pâques avec Belmondo alors je pouvais pas trop critiquer, vous voyez…

Donc ce jour là, je me lance dans Inception, et puis bon vu qu’y avait Tom Hardy dedans, ben je me lance un peu plus fort.

Le film a duré 148 minutes. Ça fait 2h28. Je le sais exactement parce que j’ai senti chaque putain de minute creuser mon énorme ride du lion sur mon front.

Au bout de ces 148 loooongues minutes, j’avais retenu que Tom Hardy était canon en costume, que Leonardo di Caprio faisait tourner des toupies et que Marion Cotillard avait des yeux de poisson crevé.

Sur l’histoire elle même, j’avais rien compris, mais je me suis dit que je faisais bien d’être insomniaque, parce que c’était plus ou moins une mauvaise idée de rêver.

J’ai crié à qui voulait l’entendre que ce film était une merde et que Christopher Nolan était un être perturbé, aimant probablement sodomiser des mouches en plein vol (notons au passage la difficulté de la démarche).

Un an ou deux plus tard je sais plus, je retombe sur Inception. Vu que je suis pas le genre de fille a aimer rester sur un échec, je m’arme de patience, de café et d’un paquet de clopes et je me dis « allez ma fille, concentre toi tout le monde à compris y’a pas de raison que tu y arrives pas». En plus à l’époque j’étais brune, autant dire que j’avais mis toutes les chances de mon côté.

Re 148 minutes. Retour de la ride du lion, mais je comprends à peu près que Dom Cobb (super Léo) rentre dans les rêves des gens pour les modifier et influencer leurs décisions une fois qu’ils sont réveillés.

J’ai compris que Marion Cotillard était la femme de Dom Cobb, qu’elle aimait aussi les toupies mais qu’elle était plus ou moins morte, et que « Non je ne regrette rrrrrrrrien » d’Edith Piaf réveillait les gens en plein rêve, plus efficacement qu’une chute libre en ascenseur ou en voiture dans un fleuve.

inception

Dernière tentative encore un an plus tard (je vous ai dit que j’avais un bon potentiel SM?).

148 minutes, un front impeccablement lisse (j’avais fait du botox après le 2eme visionnage).

Et la, la révélation. Je comprends enfin l’utilité de cette putain de toupie, pourquoi Paris se plie en 12, comment est morte Marion Cotillard (certainement mieux que dans Batman) et la fabrication des rêves imbriqués dans les rêves.

Ce jour là avec 4 ans de retard (oui je suis un peu comme canal, je marche en différé), je crie à qui veut l’entendre que Christopher Nolan est un génie, je regarde Mémento et Le Prestige, et surtout je parle à mon mec pendant qu’il dort pour qu’il m’emmène en voyage à l’île Maurice.

Spoiler: l’Inception ça marche pas, on est partis au Lavandou cet été.

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *