Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Chroniques à brac par

Des artistes et des mots#1 : Volo

mercredi 2 février 2011 - Commentaires : 6

Accueil » Des artistes et des mots#1 : Volo

 

T’es belle.

Voilà les mots que j’aimerais t’entendre me dire.

T’es belle.

 


Délicatement tu te glisseras derrière moi. Tu me prendras dans tes bras, tu me le diras.

Tu le susurras du bout des lèvres : « T’es belle » dans un souffle chaud pour me rappeler que malgré tout… tu m’aimes.

Et je céderai. Je ne pourrai pas te résister.

Quand tu me rencontreras pour la première fois. Ébloui par ce que tu ne soupçonnais pas chez moi.

Quand je serai prête à sortir, habillée intentionnellement dans une tenue dont tu raffoles, jusqu’à l’ultime tentation.

Quand, dans un sourire, tu sauras… que je suis celle que tu attendais sans le savoir, que je suis enfin là.

« T’es belle » comme une révélation.

Quand je serai à peine réveillée, à moitié ensevelie sous la lourde couette, décoiffée, froissée.

Quand je serai dans la salle de bain, à me regarder sous toutes les coutures, à scruter la moindre nouvelle ride apparue.

Quand je serai, auprès de toi, nue, transpirante, allongée en travers du lit, repue d’amour et de sexe, sans mot, perdue dans mes douces pensées.

« T’es belle » comme dans ces moments où avec tes mots, tu figes le temps perçu.

Quand je serai affairée en cuisine à préparer à dîner à tes parents, rouspétant entre deux casseroles et deux plats.

Quand je serai enfoncée dans le canapé, le dernier King à la main, incapable de t’écouter. Déconcertante.

Quand je serai en voiture, hurlant comme une déchaînée, après le moindre péquenaud qui conduira aussi mal que moi.

« T’es belle » comme pour te rappeler que je peux l’être même en étant exaspérante.

Quand elle te fera du charme, elle et son parfum envoûtant, et que je ne serai pas auprès de toi.

Quand il me sourira en m’offrant ce cocktail que j’aime tant et que tu ne seras pas là.

Quand nous nous engueulerons pour savoir lequel de nous deux a tort.

« T’es belle » pour nous souvenir que nous sommes toujours là dénué de tout remord.

Quand nous sortirons de ce restaurant dont je raffole, et que tu t’agenouilleras pour me proposer de passer le reste de ma vie auprès de toi.

Quand ce coup de pied dans mon ventre te rappellera que nous allons être trois.

Quand tu seras sur ton lit de mort et que tu partiras sans moi.

« T’es belle » comme pour ne jamais oublier nous ne sommes régis par aucune loi.

Et puis, il y a cette phrase que je n’aimerai jamais entendre.

« Quand est ce qu’on baise ? »

Tu sentirais alors la douceur brûlante de ma main sur ta joue mal rasé.

Tu auras encore une fois tout gâché.

Mais qu’importe, je t’aimerai peut être suffisamment pour te le pardonner.

Enfin, espère-le…


Enfin, espère-le…

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

  • Belle prose, Belles pensées. Qu’il est agréable de lire de beaux mots, ça rend le matin un peu plus chaud … se laisser transporter et tout simplement savourer …
    merci

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.