Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Art par

Le renouveau du Street art !

vendredi 25 mars 2011 - Commentaire : 0

Accueil » Le renouveau du Street art !

Par charlito

Où en est le street art ?

Ah la vieille histoire ! Hip-hop et quartier ! Bolosses dans les terrains vagues versus gros blazes accompagnés de gros bras… la guerre des rues, la guerre des murs était là ! O’clock nous a ravi les yeux avec ses créations murales, SMAT a rempli des murs avec juste son blaze, molitor et les frigos étaient un must, un passage obligé… Puis les galeries et leur flow de money sont arrivées, en perdant certains, en en faisant emerger d’autres : Joneone, Mode 2, Nasty, Mist et consor… Le street-art devient un Art.

On a tous en tête ce fameux Space-Invader, pionnier dans le renouveau des arts de rue ! On ne peint plus avec une simple bombe ou au pochoir mais le matériel / matériaux à changé ! De marqueurs , bombes et autres torches, on passe à la mosaïque, colle ou encore truelle. Les miss-Tic et autres andré sont déjà en galerie ou chez Agnes B… Laissant les murs libres à d’autres. Mais ces murs, ils en ont pas forcement voulus… Ah je m’explique, ils ont préféré les coins de ces murs ces angles morts, ces pans où seuls l’aventurier jette un oeil, ils savent à qui s’adresser. Enfin d’autant plus quand on a les connexions pour faire tourner le buzz ! Je me souviens de la propagande underground de certains QD. J’étais encore en école d’arts et ils venaient nous dévoiler leurs dernières oeuvres et les endroits où elles étaient posées !

Mais la rue a désormais bien évolué que se soit d’un regard strictement graphique de presque pollution visuelle ou carrément d’anti pollution simplement. Tout court les rues, du loufiats à l’écolos, le tout récupérer par le street marketing évidemment ! Vive la bombe de craie comme dirait l’autre ! (l’autre est un pochoiriste reconverti dans ce domaine, pour son plus grand plaisir, vous verriez sa tête quand il se fait serrer par la police et que c’est juste de la craie! ).

Les Teknikerz !

Certains ont su s’approprier la ville et parfois les plus grands monument avec le light painting. Vaste dimension qui contient aussi bien un mot qu’une image voir un vrai graf pour les warriorz comme le “graffiti research lab”. En partant de simples leds ou avec des lasers et tout le toutime d’ordis, ils illuminent les murs de leurs tags, grafs et autres dessins avec l’instantané de la lumiere, une espèce de stylo en mode on / off. Concept repris commercialement par Adidas qui avait utilisé ce concept pour éclairer l’arc de triomphe des joueurs de l’équipe de France de foot.

Dans un autre style tout aussi urbain, on retrouve des “activistes” qui s’approprient la rue mais la font aussi partager. Un peu genre mairie de Paris avec ses panneaux explicatif sur les lieux emblématiques de la capitale. Le raspouteam lui, fait encore mieux… Vous connaissez les codes QR ? Vous les avez tous vus ces petits codes carrées façon code barre qui pullule dans les magazines et la pub… Là, bizarrement, ils ne vendent rien dans tout les sens du termes puisque les “vandales” ne se dévoilent pas eux-mêmes, ne parlent pas de leur méfaits non autorisés. Ils racontent l’histoire du lieu,  ils partagent une culture, ils sont juste créatifs. Ca ouvre les yeux, c’est pas forcement frais mais c’est plutot bien fait.

On peut aussi parler des foufous… des fourrures ! Des artistes ont décidé de s’en faire leur mode d’expression. Récupération de vieilles fourrures, en général vraie dans les fripes et autres rabais stores et hop on fait revivre les animaux sur les murs… Poétique à mort et habitation de la rue par ces artistes qui nous collent des renards sur les murs… et quel renard ! Un principe de faire revivre les animaux morts, de leur donner une résurrection, quitte à terminer au porte manteau autant finir vraiment au mur !

Oh une biche toute verte

 

D’autres se sont appropriés le goudron comme espace vert. Y’en a tellement à raconter sur eux que ça mériterait presque une chronique !! On les appelle généralement les “guérilla gardening” ! Le principe étant l’embellissement de la ville. Que ce soit avec des “seed bomb” (littéralement bombe de graine) ou avec de la mousse (oui la meme qu’au pied des arbres), l’intérêt réside clairement dans le coté évolutif de la nature, le résultat n’est évidemment pas visible de suite mais quel plaisir de voir fleurir les coins de béton !

Le graffiti en mousse : (mossgraffiti en anglais)

Anna Garforth et Edina Tokodi ont développé ce concept original qui est proche du seed-bombing. Elles fixent au mur des typographie ou image de mousse qui vont elles aussi évoluer dans le temps. En réalité, il s’agit d’un mélange de mélasse de sucre et de graines intégrées dedans, car il faut un milieu nutritif pour que les plantes se développent.

Ces derniers concepts sont, je pense très intéressant en ce moment où on nous bassine avec le recyclage et autre développement durable.

A lire pour compléter cet article:

Les fourrure sur les murs :

http://www.neozoon.org/

Pour tout savoir sur la version parisienne du mouvement “Guerilla Gardening”

http://guerillagardeningparis.xooit.fr/index.php

Le seed bobing :

http://jardinpotagerurbain.wordpress.com/2009/03/12/seed-bombing/

http://humanityy.com/fr/blog/ecologie/seed-bombs-comment-en-creer/

Graf en mousse :

http://mosstika.com/about/edina-tokodi/

http://crosshatchling.co.uk/

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.