Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Musique par

GaBlé, Transbordeur, Lyon.

vendredi 15 avril 2011 - Commentaire : 0

Accueil » GaBlé, Transbordeur, Lyon.

GaBlé par Brice Robert
© Brice Robert© Brice Robert

Je ne voulais pas arriver au concert sans une idée, même vague, de la nature de cette musique. Alors, tout en gobant un Mc-Do-d’avant-concert dans le salon, nous avons écouté. Tout le monde s’est accordé à dire: c’est plutôt sympa. De toute façon, nous avions nos places. Une bière, deux bières et nous filons dare-dare. A notre arrivée le concert a déjà commencé. GaBlé sévit et l’ambiance est électrique. Sur scène: une fille, deux garçons, de belles ampoules (ambiance électrique je le disais). Je dodeline un peu des oreilles, attentives et en attente. Et je rejoins l’ambiance, l’excitation plane.
Des sons, des cris, des mots, des rires, des cliquetis, des craquements, des claquements, des murmures. Ça grouille sur scène et les univers se succèdent avec poésie et force. Armé d’une diction troublante et d’une présence scénique prenante Thomas pose les décors successifs de ces histoires musicales. Chaque morceau dégage une ambiance et une atmosphère toute particulière, et nous sautons avec eux de cailloux en cailloux. C’est une fable sur scène, comme un compte pour enfant. La voix enfantine de Gaëlle donne aux tableaux des saveurs de bonbons acidulés. Mais cette douceur piquante n’est pas candeur naïve et les éclats quasi thunderdomiques de Mathieu tranchent dans le vif et ramènent la barque en terrains inconnus, carrément foutraques.
C’est un patchwork musical à plumes, à poils, à clous qui, malgré le foisonnement d’instruments et d’accessoires sonores ne se perd pas et tombe juste. Le concert passe vite, comme tout ce qui est bon.
A la pause clope nous sommes tous les quatre unanimes, tout le monde s’accorde à dire: c’était carrément bon.
Nous repensons à notre impression légère à l’écoute de quelques morceaux deux heures plus tôt. Nous nous demandons même si il n’y a pas deux groupes du nom de GaBlé. Il y a peut-être en effet deux GaBlé: Thomas / Gaëlle / Mathieu / mon ordinateur et Thomas / Gaëlle / Mathieu / la scène. Encore un de ces groupes à voir en concert: ça tombe bien. On adore ça.
Au moment de quitter les lieux, nous croisons le sweat-capuche rouge de Thomas du côté des CD et des affiches à vendre. Félicitations, je-suis, je-viens-pour, j’écris-dans. Les présentations sont faites et nous ne tarissons pas d’éloges sur le concert. Je cherche de quoi noter son mail et chope un bout de papier kraft. Je griffonne. Au dos du papier un oiseau. Voilà que j’écris sur un dessin de Charlie Lenoir, illustrateur ayant réalisé de nombreux visuels pour le groupe. Thomas nous apprend que Charlie expose à Lyon à la Galerie La Rage. On récapitule: des sons, des cris, des mots, des rires, des cliquetis, des craquements, des claquements, des murmures et des illustrations. Voilà une soirée qui vous donne à voir et à écouter.

Camille, pour @LeResteDuMonde

Le Myspace de GaBlé: http://www.myspace.com/gableacute
Le blog de Charlie Lenoir: http://charlilenoir.blogspot.com/
Galerie La Rage
(exposition Charlie Lenoir et Julien Dupont du 9 au 23 Avril  2011)
33 rue Pasteur 69007 Lyon http://larage.over-blog.net/

Charlie Lenoir
© Charlie Lenoir

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.