Friday, October 22, 2021

 

Il y a des soirs où j’ai un peu envie de baisser les armes. Des soirs où c’est dur, où j’ai juste envie de m’assoir et de poser la tête sur le bois du dossier de la chaise. Et de me laisser engloutir.

Ce soir est un de ces soirs.

Je branche le casque et je me laisse happer par la musique. Mes mains courent sur le clavier, les mots se bousculent, veulent sortir, enfin et me libérer de leur emprise. Pouvoir écrire. Je les sens là, au bout de mes doigts. Mais pour l’instant, je suis coincée avec eux, encore incapable de décider de la forme que je vais leur donner.

La tête me tourne un peu, comme toujours quand je l’écoute si fort, les yeux fermés.

On pourrait croire que je dors, ainsi figée par la stupéfiante violence de la musique. Mais à l’intérieur, j’explose. Je laisse sa voix percuter mon esprit et lacérer mon être. Je le laisse m’emmener loin. Je le laisse s’emparer de moi.

Le poids des mots au bout des doigts se fait plus léger. Je n’ai pas dit ce que je voulais mais j’ai dit.

Je ne suis pas seule.

Une voix.

Deviens fan du blog, on te fera un bisous

Show More
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.