Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Cinéma / Série / Youtube / Podcast par

C’est la crise, le bon sentiment est de mise

samedi 3 décembre 2011 - Commentaire : 1

Accueil » C’est la crise, le bon sentiment est de mise



Sortie le 16 Novembre

Petit film plutôt agréable et gentil. Pas vraiment à prendre, plutôt à laisser.

C’est une Comédie dramatico-socialo-romantique, mettant en scène un couple Marseillais. Populaires, mais pas tant que ça (car on est toujours le riche de quelqu’un d’autre, voici le discours de Guédigan en temps de crise. Il a tout compris.). Donc, ce couple est marié depuis 30 ans, vit heureux même si Michel vient de perdre son travail. Marie-Claire, épouse aimante soutien son mari qui s’occupe désormais avec sa ribambelle de petits enfants. Il les emmène à la mer, joue dans le jardin… On suit ses activités passionnantes ainsi que celles de sa femme, qui fait des ménages. Même si Michel est au chômage, il a des amis, ceux de la CGT, et ça fait chaud au cœur. Lors de leur anniversaire de mariage (30 ans, ca se fête !), leurs amis se sont cotisés afin de leur payer un beau voyage au Kilimandjaro accompagné de quelques sous! Mais là chance des uns, fais la jalousie des autres (car la vie c’est compliqué)…

C’est ce cadeau qui va bouleverser la vie du couple et de leurs amis. Ils sont braqués, à leur domicile. (la prochaine fois qu’on vous offre un cadeau, pensez à mettre les réduc de Tunisie Airlines chez vos voisins, ça évitera les problèmes). Tout le monde est traumatisé. Michel découvre alors que son agresseur est un de ses ancien jeune (oh ca fait un oxymore !) collègue, licencié en même temps que lui. Mais, le petit est encore plus pauvre, la vie est difficile pour lui. Michel n’est qu’un sale prolo bourgeois qui possède un toit (la honte… Louer c’est quand même beaucoup plus trendy). C’est pas sympa de la part du gamin parce que Michel était au syndicat et s’était lui-même mis dans le panier du tirage qui désignait les licenciés. Il aurait pu éviter le chômage, mais c’est un homme honnête. Mais, quand on est droit, doté d’un sens moral, on peut aussi se prendre des coups (la vie c’est pas facile bis). Michel, ce grand homme va donc être partagé entre son désir de justice, ses sentiments, son désir de vengeance, et sa grande âme… Que de dilemme.

Le film tente aussi de suggérer divers point de vue, plus ou moins crédible, desservit par une jeu d’acteur qui laisse souvent à désirer. Il est donc difficile de prendre part au film, s’attacher aux personnages. C’est dommage car le film a un potentiel mais la fraicheur n’est pas au rendez vous, autant que le jeu d’acteur. C’est plein de bon sentiment, d’humanisme mais qui manque finalement d’une véritable réflexion.  Et ce n’est pas cette fin à la Joséphine Ange gardien qui vous fera changer d’avis…

 

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.