Thursday, December 2, 2021

Grey’s Anatomy. Ou comment adorer détester une série. Et inversement.

Cette semaine, j’avais le choix : râler sur une série de filles ou râler sur une série de filles ?
Finalement j’ai décidé de râler sur une série de filles. Tout en sachant que je ne m’étoufferai pas avec ma mauvaise foi.
Pour râler il faut connaître. Dans mon cas je pousse le vice à suivre carrément la série en question. Parce que je suis hyper sympa, bon public et naïve. Tout ça oui.
Grey’s Anatomy.
Alors oui, il y a une histoire. Mais quand vous avez vu une série de filles, vous les avez toutes vues hein. Ne nous voilons pas la face. Des filles, des garçons. Un hôpital. Vous mélangez bien. PAF. T’as des couples qui se font et se défont. Des filles avec des garçons, des filles avec des filles. Et même une fois, un garçon avec une Jane Doe sans visage. Tout ça dans une ambiance NFS-Chimie-Iono.

Bon ben déjà, premier problème. Meredith Grey. Les mecs ont vraiment cru que prendre une niaiseuse émotive aller nous faire oublier qu’elle a dix ans de plus que dans le scénario.
Dès les premières saisons, l’histoire tourne autour d’elle : Meredith apprend la médecine, Meredith se fait une copine qu’elle va appeler tout le long de la série “ma personne” (on est d’accord, c’est hyper réducteur et matérialiste), Meredith galère avec sa mère, Meredith tombe amoureuse d’un mec super bien coiffé, Meredith passe beaucoup de temps dans des ascenseurs, Meredith survit à des attaques, des accidents, et même des avions.

(un peu comme Martine à la plage mais pas à la plage)

(et finalement on ne la voit pas tant que ça son anatomie. Bonjour l’arnaque)

Ouais bon je spoile. En même temps si vous avez vu les 7 premières saisons, vous savez déjà qu’elle est immourrable la nana.

Heureusement pour nous, il n’y a pas que Meredith dans Grey’s Anatomy.
On rigole aussi pas mal avec le mec bien coiffé, Dempsey quelque chose. C’est à dire que les mecs ont regardé attentivement Urgences dans le passé. Et que George Clooney coûtait trop cher à ce moment là. Donc bam. Patrick fera l’affaire. Son rôle consiste à : avoir toujours du gel sur lui (et des post-it aussi pour redécorer les ascenseurs), rire en rejetant les cheveux en arrière, construire une maison à mains nues, porter la blouse avec classe et opérer des cerveaux sans lunettes (alors que bon, à son âge, il me semble naturelle de porter au moins des verres progressifs).

Je vous épargnerai les premières années et les premiers émois et toute la guimauve d’Izzie (qui depuis a remplacé Meg Ryan dans les films de blonde potiche qui n’en veut, seule mais qui trouvera un mec parfait qui n’existe que dans ces films-là), les maladresses de George, la rousseur d’Addison (qui jouait l’ex femme de Monsieur Brushing (je soupçonne une certaine compétitivité niveau capillaire) qui s’est vu proposer sa propre série, Private Practice) ou encore l’implacable mais sexy Burke.

Niveau sexytude, Grey’s Anatomy n’a pas chômé. C’est simple, quand tu vois le nombre de beaux gosses au mètre carré, t’envisagerais presque de reprendre tes études pour faire médecine.
Entre le fils Avery qui a des yeux qui n’existent pas dans la vraie vie, le rebelle revêche Karev, l’insolent Mark Sloan qui a dû faire un certain nombre de pubs Colgate pour en arriver là, Shonda Rhimes arrive même à te faire apprécier (ma pudeur m’oblige à m’arrêter là) un roux.

Côté nana, on remerciera éternellement l’équipe de casting d’avoir déniché celle qui jouera avec brio “la personne” de Meredith, comprendre sa BFF, comprendre Cristina Yang et Callie Torres, une bombe aux formes généreuses qui vous déculpabilise si jamais vous vous retrouvez à manger tous vos M&M’s devant votre épisode (je connais des gens biens à qui ça a pu arriver).

On se met même à aimer Bayley qui est pourtant super grognon pendant un paquet de saisons, un pitbull jamais satisfaite. Mais ça, c’était avant. Depuis quelques saisons elle a des papillons dans le ventre.
Même combat pour la frangine de Meredith. Perso j’ai passé plusieurs heures à m’imaginer la giffler pour voir voler sa frange. Mais à la lumière des derniers évènements je dois avouer que je finissais par craquer un peu.
J’ai pleuré avec Richard et sa femme. J’ai vachement pleuré avec Meredith finalement. J’ai soupiré avec Arizona ou Teddy (et il y a bien longtemps avec Izzie et Denis Duquette). Je n’ai pas compris pourquoi le personnage d’April puis quand j’ai compris, j’ai souri.

Grey’s Anatomy fait donc le job. Série médico-mélo-dramatique avec du faux sang, de vraies tensions, des arrêts cardiaques et des médecins en devenir avec une pression grande comme ça à gérer.
La BO est pratiquement irréprochable. Chaque début d’épisode, je me surprends à retenir mon souffle, la première chanson se lance avant d’entendre la voix off de Meredith (encore elle) qui va nous faire l’introduction.

Donc oui, je critique (c’est quand même ce que je fais de mieux), mais je regarde, je me cache les yeux pendant les opérations et les prises de sang, j’insulte même parfois mon écran. Pis j’attends le prochain épisode, impatiente. Comme d’hab quoi.


Grey's Anatomy saison 8 par folledecoca

Show More
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.