Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Chroniques à brac par

Essence de vie

jeudi 8 novembre 2012 - Commentaire : 0

Accueil » Essence de vie

Ne me cherche pas, je suis dans les nuages, loin de toi et de tout ce mal. Je regarde les gens s’entre tuer sur Terre, se poignarder dans le dos, se tromper, pleurer, regretter et se venger. Je suis loin de tout cela, Julia, je n’ai plus mal dorénavant. J’en ai eu marre de ces journées noires sans saveur, de ce train-train quotidien. Tous les jours, chaque épreuve de la vie arrachait une petite partie de mon âme.

On m’a trahi, on m’a souillé, on a traîné mon coeur et mon corps dans la boue. Les bons souvenirs ont disparu, il ne restait qu’un voile noir autour de mon enfance, de ma famille. Et mon avenir paraissait aussi terne que la vie que j’ai mené jusqu’à présent. Alors, je me suis dit “plus jamais”. S’il te plaît, promets-moi que tu seras intègre, j’espère que tu seras toujours celle que j’ai connue, j’espère que tu ne changeras jamais.

Je voyais la seule lueur d’humanité dans tes yeux, lorsque tu m’aimais le soir, lorsque nos corps s’embrassaient encore, lorsque tu te levais le matin. Tu étais ma force, ma caféine, mon lever de soleil dans les moments douloureux, un peu d’espoir dans un coeur déjà si glacé. Tu apaisais, par ta présence, chaque recoin sombre de mon esprit. On cherche tous une personne comme ceci, n’est-ce pas ? A tes côtés, j’avais juste l’impression d’être quelqu’un de bien.

Ne regrette pas de n’avoir pu me retenir. Je ne saurai mettre des mots sur mon mal-être, tout ce que je peux te dire c’est que je ne méritais pas le pardon. Ni celui de qui que ce soit. Mais avant tout, je n’ai pas su me pardonner. Et je ne devrai pas te demander cela, encore, mais pardonne mon égoïsme une dernière fois. Pardonne-moi de te quitter alors que tu m’as tendu les bras. Pardonne-moi de partir alors que tu m’as tendu la main lorsque je touchais le fond sans avoir le courage de remonter. Pardonne-moi de ne pas vouloir m’en sortir, pardonne-moi d’être éternellement cet enfant que tu as connu, les larmes aux yeux, incapable de se relever. Je suis tombé sept fois. Je ne me relèverai pas huit.

https://soundcloud.com/hit-city-usa/untitled

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.