Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Chroniques à brac par

L’ogre

jeudi 15 novembre 2012 - Commentaire : 0

Accueil » L’ogre

Il y avait un puits au fond du jardin, un vieux puits tout de ronces et de pierres branlantes. Petit, j’avais interdiction formelle d’en approcher et pour être certains que ma curiosité ne brave l’interdit, les adultes avaient pris soin de m’avertir que le gros monstre qui y logeait, était friand de petits garçons et qu’il ne manquerait pas de me dévorer si jamais j’osais faire preuve d’audace…

Aussi pendant longtemps, je me suis tenu à carreau, tendant toutefois l’oreille vers le vieux tas de pierres à l’affût du moindre grognement. Je n’ai cependant jamais entendu un bruit suspect. Alors en grandissant, j’ai fini par me montrer plus téméraire. D’abord j’ai balancé quelques cailloux, des petits pour tester la réaction de l’affreuse bête, des plus gros pour tenter de l’assommer, toute une armée de soldats de plomb tombés au champs d’honneur, mon plus gros dinosaure, un char en plastique, une quantité de jouets en tout genre, mais aucun ne semblait vaincre la satanée bestiole dont je n’aurais jamais remis l’existence en doute, si je n’avais vu un jour Mamina s’avancer vers l’antre… N’écoutant que mon courage, je me suis lancé à sa poursuite et là je l’ai vu jeter au fond du trou, un petit caillou blanc qu’elle serrait dans sa main. Elle est restée un instant silencieuse avant de s’apercevoir de ma présence. Comme je l’interrogeais, elle finit par avouer qu’il n’y avait aucune créature mystérieuse dans le puits, qu’ils m’avaient tous mis en garde de peur que je n’y tombe moi-même. Elle y venait parfois, par superstition, faire un voeu, elle ramassait un petit gravier dans l’allée, le plus blanc qu’elle pouvait trouver pour l’y jeter, comme elle l’aurait fait dans une fontaine.

Depuis ce jour, moi aussi je fais des voeux, le monstre est devenu un bon génie à qui je confie mes peurs, mes doutes et mes espoirs. Il a englouti nombre de mes peines…

Il y a un puits au fond du jardin, un vieux puits gardien de trésors enfantins.

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.