Friday, October 22, 2021

tumblr_mcguwgWEpV1rw48zbo1_500_large

Roulée en boule dans un coin, telle une ombre, elle écoutait le silence. Le bruit de rien. Elle avait déjà en tête le brouhaha incessant de la ville, la douleur des jours passés, l’appréhension du futur. Nue, pour mieux sentir son corps. Ses os. L’absence de substance. Le froid. La vacuité d’une existence.

Des souvenirs heureux lui reviennent, souvent. Comme une brume parfumée, l’espoir de quelques jours plus joyeux, pour ne retomber que dans un lendemain triste et ennuyeux. Quelques amis, la douceur d’une étreinte de sa mère. Le sourire de son père. Elle se souvient, un peu, de ces journées qu’elle passait dans le bac à sable.

Est-ce possible d’arrêter de penser ? Plus les questions arrivent, moins il y a de réponses. Elles restent en suspens, dans l’air, comme une phrase inachevée. Elles s’accumulent, pèsent plus lourd que le silence, finissent par l’écraser. Puis creuser un trou, dans lequel on se love, tout doucement.

Et si on en sort ? Alors on en sort. On se donne du temps. Un peu de répit. Avec la crainte, quelque part, de faire un pas en arrière, de retomber dedans.

Show More
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.