Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Chroniques à brac, Musique par

Cannonball Adderley – Somethin’ Else – 1958

samedi 5 octobre 2013 - Commentaire : 1

Accueil » Cannonball Adderley – Somethin’ Else – 1958

Cannonball Adderley - Somethin' Else - 1958
Cover de l’album de Cannonball Adderley , Somethin’ Else, sorti en 1958

À la recherche du sample parfait

Les feuilles mortes vont commencer à tomber, alors on va parler des Feuilles mortes.

Aujourd’hui c’est vendredi, c’est le weekend, alors c’est chronique et je vais vous présenter l’album par lequel j’ai commencé le jazz, un album titanesque du catalogue Blue Note, j’ai nommé Somethin’ Else de Cannonball Adderley, enregistré en 1958 et avec pour sideman, rien de moins que Miles Davis.

Miles Davis, qui j’imagine avait un ego, disons relativement grand, a rarement été sideman durant sa vie.

Somethin’ Else est considéré par les “critiques” comme un album majeur du jazz.

Pour l’histoire de la musique le titre Autumn Leaves, à été composé par Joseph KosmaLes feuilles mortes en français donc, pour le film Les portes de la nuit sorti en 1946. Les paroles furent composé par Jacques Prévert. Hé ouai. C’est Yves Montant qui chante le titre dans le film. Les portes de la nuit est un film réalisé par Marcel Carmé, c’est un très grand film que je vous conseil très fortement, rien que pour voir la première apparition du titre Les feuilles mortes. Et puis il y a du beau monde, Yves Montant donc, mais Pierre Brasseur, Serge Reggiani, et j’en passe.

(Un jour il va falloir que je vous parle de Reid Miles, graphiste de cette cover, et de son travail typographique sur les pochettes du catalogue Blue Note de 1950 à 1961. Il réalisa à mon sens les plus belle pochettes de l’histoire du jazz. Une source d’inspiration pour moi en tant que graphiste. L’épuration, l’utilisation des photos et des fonts, son travail est juste fou.)

Cet album, c’est pour moi ma première voiture, une Ford Fiesta Ghia de 1989, la classe quoi, ma découverte de Sur la route de Kerouac (1957), et ma traversé, seul, de la France dans tout les sens pour une fille.

ENJOY

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.