Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Musique par

Yusef Lateef – Eastern Sounds – 1961

jeudi 26 décembre 2013 - Commentaire : 0

Accueil » Yusef Lateef – Eastern Sounds – 1961

Yusef Lateef - Eastern Sounds - 1961
Cover de l’album de Yusef Lateef, Eastern Sounds, sorti en 1961

À la recherche du sample parfait

Un hommage aujourd’hui, à un très grand album pour un très grand monsieur du jazz, qui, cela va sans dire, a été samplé dans tout les sens.

Yusef Lateef, de son vrai nom William Emanuel Huddleston, est né en 1920 à Chattanooga (Tennessee), et était un saxophoniste et multi-instrumentiste de jazz. Il est connu pour avoir cherché à incorporer des sonorités et des instruments “orientales” dans sa musique.

Sur The Plum Blossom, première track de l’album, il y joue de la flûte chinoise, appelé Xun sur un blues en Ré. Il n’est pas le premier à le faire, John Coltrane a déjà testé le mode indien*, mais ne l’a jamais fait en studio. Il sera conforté et influencé dans ses recherches par Yusef Lateef, et reprendra dans sa période Free Jazz ces traits orientaux.

C’est en 1925 que Yusef Lateef déménage avec sa famille à Détroit (Michigan) et y commence sa carrière musicale. Il y fréquente de très grands musiciens de jazz, Kenny Burrell, Paul Chambers… C’est en 1949 qu’il se convertit à l’islam ahmadiste** et adopte le nom de Yusef Lateef.

Il enregistre dès 1956 pour Savoy Records, et c’est en 1961 que sort Eastern Sounds qui assoira sa réputation. Il continue ses études, pour, en 1975, obtenir une maîtrise en éducation musicale. Il devient alors professeur tout en continuant à enregistrer, sa musique passant par le blues, et même le funk.

Yusef Lateef est mort le 23 décembre 2013. RIP

Comment ne pas parler de Nujabes, qui a samplé Yusef Lateef et son titre Love Theme from “Sparticus”, sur son titre The Final View.

* Rien à voir avec la façon de s’habiller, tu t’en doutes. Le mode indien, même si il est un peu faux de dire mode, on devrait plutôt parler de cadre mélodique, est une façon de passer de note en note. (Même si les affinités sont grandes avec une gamme ou un mode.) Ce cadre mélodique est ici une transcription d’une couleur et d’un ressentit indien, qui va bien plus loin qu’une simple ambiance, tournant autours d’autre progression que celle connue jusqu’à lors. Ce cadre mélodique est découpé en différente possibilité de sentiment, de couleur et même de moment de la journée, découlant de texte indien décrivant la transcription des sons et de la musique. En gros.

** Un courant apparut à la fin du XIXème siècle, qui place Mahomet et Jésus au centre de leurs croyances. Jésus ne serait pas mort sur la croix, et il aurait été enlevé de celle ci alors qu’il était en état de coma, soigné, puis emmené au Cachemire pour y finir ses jours et y mourir à l’âge de 120 ans. Si le sujet vous intéresse l’article de Wikipédia est un bon commencement. On ne peut pas ne pas parler de spiritualité et de croyance lorsqu’on parle de Yusef Lateef, sa musique en transpire.

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.