Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Chroniques à brac par

Comme on fait son lit, on ne se couche pas forcément

samedi 24 mai 2014 - Commentaire : 1

Accueil » Comme on fait son lit, on ne se couche pas forcément

Insomnia

Quatre heures… Qu’est-ce qu’elle fout à pas dormir à une heure pareille ? Et ça se tourne, se retourne, éteint la lumière, la rallume… pas moyen d’être tranquille. Elle s’est jamais dit que ces heures passées devant un écran à scroller des pages d’anonymes ne la feraient pas dormir ? Elle a essayé de se choper un bon bouquin ? Tiens, l’Assommoir par exemple, ça pourrait être efficace. Hin, hin. Je sais, je suis très drôle. Mais faut m’comprendre, tout ce cirque nocturne, là, ça commence à bien faire.
On dirait qu’elle attend que le jour se pointe pour enfin se laisser aller dans mes bras. Alors que je suis là, je suis toujours là, la couette ouverte et l’oreiller attentif. Je suis frais d’un côté, chaud de l’autre, à l’accueil moelleux et au soutien ferme, indéfectible. Je me plie à ses exigences. Je veux dire que je me plie littéralement. Quand elle veut prendre son petit dej’, quand elle reçoit du monde, je me fais tout petit. Enfin pas toujours. Elle a parfois des visites, des gens de passage. Je suis là, je ne dis rien, je m’attache un peu parfois à ces amis. Bon, ils sont toujours corrects, hein, mais il y en a certains que je ne suis pas mécontent de ne jamais revoir. Je pense à cet autre, là, incapable de rester tranquille. Je sais pas, à un moment donné faut savoir s’arrêter de bouger, quand on dit qu’on dort, ON DORT, merde.
Je m’emporte, mais sachez que c’est pas facile toutes les nuits. J’ai un travail pas si simple, je donne, je donne. Ne nous méprenons pas, je suis très content de ma condition, j’ai entendu dire que pour d’autres, c’est pas franchement le luxe. Moi, au moins, j’ai son amour inconditionnel. Je le sais, je l’ai entendu le dire, à plusieurs reprises même. Puis de toute façon, ça se voit, hein, je vois bien qu’elle a du mal à me quitter le matin, qu’elle attend toujours le dimanche avec impatience pour pouvoir passer la journée auprès de moi, emmitouflée dans sa couette, en petite culotte. Ah ça ! Elle les aime ces dimanches. Ah ça oui, elle les aime.

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.