Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Musique par

Vous en avez marre des campagnes anti-tabac?

samedi 11 avril 2015 - Commentaire : 0

Accueil » Vous en avez marre des campagnes anti-tabac?

Moi aussi. Et aujourd’hui on parle de Ben Caplan. Prends ça dans ta gueule sante.gouv.fr.

Bah ouais les loulous, et si pour une fois on parlait des bienfaits du tabac, de l’alcool, de la débauche? Tom Waits, dans le temps, était capable d’en vanter les mérites à travers son fameux Jockey Full of Bourbon. Sans trop m’avancer, je pense que Ben Caplan a saisi le message, mais je vous laisse juger vous-même.

Ce mec est tellement vénère que quand je l’ai découvert, je me suis tout de suite dit “Putain mais sérieux, il a forcément un lien de parenté avec Tom Waits” (un peu comme Deer Tick avec Bob Dylan, j’y reviendrai peut-être (ou pas)).

Alors qu’en fait, bah non, c’est pas forcément légitime comme rapprochement. Oké, c’est le même genre de voix complètement cassée, mais Caplan est capable de mettre une putain de passion dans ses chansons, là où Waits a un peu plus tendance à privilégier dans une espèce de nonchalance dandyesque. C’est là que j’ai réalisé: tout génial que Tom soit, ce n’est pas un fils pur de la folk. Pour le coup, Ben l’est.

Ça tient en quelques mot, si vous voulez. Folklore, histoires à raconter, et un peu comme je l’annonçais la semaine dernière, une certaine disposition à s’effacer derrière le conte mis en musique là où d’autres se mettraient vachement en scène. Un chanteur folk, ça ferme les yeux quand ça chante, ça se laisse emporter (au point d’oublier que c’est le moment de souffler dans son harmonica, deux fois), ça fait voyager, quoi.

Mais qui c’est, du coup, Ben Caplan? Derrière le mur de barbe et de lunettes se cache un canadien (plutôt discret sur sa vie privée, j’ai l’impression) né à Hamilton, au Canada. Il commence à composer à 13 ans et décide à 19 que les études c’est cool mais que la musique c’est mieux.
Il sort son premier album en 2011 et part en tournée dans le même mouvement en 2012; au Canada d’abord, puis l’année d’après un pue plus loin, en Europe et en Australie. Ce n’est que récemment, cette année en fait, qu’il franchit la frontière Sud pour aller conquérir le cœur de ses voisins cow-boys mangeurs de hamburgers (les trois qui ont cru que je parlais de Bolivie, dehors).

Et Ben, il est plutôt magique. Il est de ses chanteurs folks qu’on croit toujours pouvoir anticiper, et au fur et à mesure de la découverte d’un nouveau morceau, on se rend compte qu’il nous emmène encore plus loin que ce qu’on avait prévu. Faites l’expérience, c’est plutôt amusant: commencez à écouter n’importe laquelle de ses chansons, essayez d’imaginer comment ça va tourner, et laissez-le bonhomme dérouler son histoire. Bon voyage.

Le mot de la fin, Ben?

Bisous.

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.