Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Chroniques à brac par

Le black bass festival / Merci pour ce moment

samedi 12 septembre 2015 - Commentaire : 1

Accueil » Le black bass festival / Merci pour ce moment

hello-bye-bye-black-bass

Black bass festival, du rock, du vin rouge et des moustiques.

Je suis parti au BBF (black bass festival) avec mon pote teddy. Nous les trentenaires, on avait décidé de se la jouer en mode guerrier ninja revival de nos 20 ans en dormant dans la kangoo jaune, sac de couchage et gueule en vrac.

On voulait profiter du cadre et on a été servi. Le black bass se déroule dans un bled dans les côtés de blaye. Ca sent le soleil, les vignes et le bonheur. Arrivée 19h, on commence l’apéro musicale avec la pop sucrée de A call at nausicaa. C’est frais, c’est souriant, ça accompagne notre première gorgée de bière avec plaisir (référence littéraire waish ma gueule).

Pendant le concert, je croise Tibo, le président du BBF, qui m’explique que je serais jury de la finale du concours de Air Guitar juste après le concert d’Hello Bye Bye. D’ailleurs ce groupe est vraiment très bon en concert. C’est très dansant, tu peux y aller les yeux fermés. Ils ont des tracks qui méritent d’être des tubes. Ecoute

On enchaîne direct le concert de Hello bye bye avec le concours de Air Guitar. Je me retrouve à noter les participants sur un thème libre et sur un thème imposé. Ils étaient complètement fou, le public était en feu. On a menacé de brûler ma maison si je ne votais pas pour quelqu’un. J’ai fait un vie ma vie de jury de patinage artistique.

black-basss    black-basss

Le mec sur la seconde photo a gagné pour infos.

blackbass-air-guitar
le mec au chapeau c’est wam

La rockeuse Shannon Wright a ensuite enflammé la scène avec sa musique sombre et puissante. Elle a un charisme époustouflant. Il faut la voir en concert, une vraie présence. C’est dans le genre de Courtney Barnett mais en plus noir. Elle a 10 albums à son actif. Il faut que je me plonge dedans.

Ensuite, je suis allé me battre pour trouver un truc à manger. Comme j’étais en mode ninja, j’ai réussi. J’ai enchainé avec le stand de Cote de Blaye qui nous a permis de découvrir, trois rouges délicieux. Avec Teddy, Gaspard, flopinours et les autres ont a acheté une bouteille de chaque, il faut bien contribuer au redressement du monde agricole ma bonne dame. Ah oui parce que je t’ai pas dit, j’ai rejoint des copains sur le festival.

Pendant l’installation du dernier groupe, un DJ set a été balancé sur la petite scène. Yann du coconut music (c’est ce weekend, il faut que tu t’y rendes), le bassiste de Francois and the atlas Moutain et Cédric du Free fest de montendre ont envoyé du son pour nous faire guincher. 200 personnes qui dansent sur du MC Hammer, personne n’avait vu ça depuis 1984. Le bonheur.

Comme on avait chaud, on a rebu un coup. On était prêt pour le dernier groupe : Year of no light, un sextet de metalleux. 2 batteries, 2 basses, 2 guitares, une zic expérimentale qui t’accroche au plafond avec des titres de 6 minutes. Il fallait oser, le BBF l’a fait. J’avoue qu’au bout de trois ou quatre titres j’ai décroché. Cela dit une grosse partie du public a suivi. Les mecs envoyaient du parpaing.

En résumé, je vais pas en dire trop de bien parce que j’ai pas envie que ce petit festival “entre potes” devienne une grosse machine et qu’il perde ce coté frais et classe qui fait son charme. Non, sérieusement j’ai passé un super moment.

Ah oui et on a dormi dans la kangoo jaune. J’avais pas de matelas, une petite charge. J’ai eu mal au dos pendant trois jours. Petit conseil perso : le mode ninja c’est comme le super sayan, ça dure pas tout le temps.

See ya

blackbass blackbassend

 

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.