Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Musique par

The Book of Souls d’Iron Maiden est-il le bon disque pour s’initier au metal?

lundi 21 septembre 2015 - Commentaire : 1

Accueil » The Book of Souls d’Iron Maiden est-il le bon disque pour s’initier au metal?

Depuis la sortie du dernier album d’Iron Maiden, the Book of souls, on dirait que c’est hype de parler de metal et que les métaleux sont devenus des gens fréquentables.

Habitué aux articles affligeants que commet la presse généraliste quand elle parle de metal (comme je le faisais remarquer à propos du Hellfest ici), j’ai été agréablement surpris par le long sujet “le nouvel éclat du métal” (sic) paru dans le Figaro du 14 septembre. Bien documenté, basé sur des avis de pros, le papier dit assez peu de conneries, même s’il n’en est pas totalement exempt. Le prétexte à cet article, c’est la sortie du dernier album d’Iron Maiden, The Book Of Souls. Un disque qui fait l’unanimité dans la critique, relance les ventes de disques et présente le metal sous un jour favorable. Une bonne occasion de découvrir cette musique sulfureuse et inquiétante…

iron maiden 1

Past to present

Fondé en 1975, Iron Maiden est un groupe de heavy metal britannique qui a publié 16 album, connu un nombre impressionnants de départs, remplacements, retours (notamment du chanteur Bruce Dickinson qui a quitté le gang de 1993 à 1999). Iron Maiden est l’un des groupes phares de la New Wave Of British Heavy Metal (NWOBHM), un courant qui ajoute de la complexité, de la dureté et de la vitesse au Heavy Metal traditionnel inventé au début des années 70 (par Black Sabbath). La NWOBHM rebondit sur le déclin du Punk et propose un son Metal dans l’air du temps, débarrassé des influences bluesy des groupes antérieurs. Outre la vierge de fer, citons comme porte drapeaux du courant Judas Priest, Motörhead, Def Leppard ou Saxon.
Si les deux premiers albums d’Iron Maiden n’ont pas totalement gommé une influence punk portée par leur vocaliste Paul Di Anno, l’arrivée de Bruce Dickinson au chant sur l’album Number of the Beast marque l’entrée dans une nouvelle ère. Un chant plus élaboré, des paroles plus chiadées, des disques plus complexes, des morceaux très longs et techniques…Je ne vais pas me lancer dans le jeu des comparaisons, ni dans le classement des albums, ni dans aucun exercice un peu vain du même tonneau. Il y a 16 albums studio de Maiden, des live, des compil en pagaille, tu as bien de quoi te faire une idée par toi-même. Si je devais te faire écouter une chanson qui résume pour moi l’esprit de Maiden, je choisirais Hallowed by the name, la dernière piste de l’album Number of the Beast. Outre sa thématique envoutante (les dernières heures d’un condamné à mort), c’est sa construction remarquable, véritable Bolero de Ravel du metal où chaque couplet est marqué par l’arrivée d’un nouvel instrument qui donne à la mélodie cette richesse, cette puissance, ce grain merveilleux…

Dans cette chanson comme dans toute son oeuvre, le groupe prend son temps pour installer ses ambiances, n’hésite pas à rajouter des nappes de clavier, des effets et joue bien sûr sur les dialogues de guitare et la voix ample et puissante de Bruce Dickinson. La chanson qui s’étire en volutes et éclate en soli épiques, c’est un peu la marque de fabrique de Maiden. Tout comme les mises en situation de son icône, Eddie le zombie. C’est souvent par Eddie qu’on découvre Maiden, sur les T.Shirt, artwork, poster et tout le merchandising développé au fil des années (dont le récent et un peu ridicule casque audio, quoique bien moins ridicule que les sex toys Motörhead!).

iron maiden 2

The Book of Souls

Seizième album studio, The Book of soul est la synthèse de l’oeuvre des anglais. Des morceaux qui se savourent dans la durée, des ambiances épiques, un chant habité. Tout Maiden est résumé dans ce projet. C’est un double album de 96 minutes pour seulement 11 titres. Chaque chanson est un hymne épique qui sonne Maiden jusqu’à la caricature. Si le choix de la longueur est souvent justifié, certains morceaux s’étirent un peu trop et auraient mérité une petite césure pour éviter l’indigestion. Malgré ses qualités intrinsèques, The Book of soul n’est pas un album très innovant. A l’instar du dernier album d’AC/DC, c’est plus un disque pour les fans qu’une grosse baffe qui remet tout à plat. Ce projet sent un peu la naphtaline, tout comme l’illustre le video clip du premier single, Speed of light, qui met en scène un Eddie pixelisé et projeté dans des jeux d’arcade emblématiques des années 80/90.

Découvrir le metal avec The Book of Soul

L’article du Figaro doute que la scène metal parvienne à imposer des stars pour prendre la relève des groupes emblématiques créés dans les années 70 et 80. Mais proclamer cela, c’est aussi oublier que la consommation de musique a profondément muté en trente ans, que les groupes ne peuvent plus compter sur la vente de disque pour gagner des sommes astronomiques, qu’il sont de plus en plus nombreux, concurrencés par d’autres courants musicaux qui n’existaient pas avant.
Avec son Boeing privé, ses concerts monumentaux dans des stades, son album produit dans des conditions optimales qui se classe n°1 des ventes dans 24 pays, Iron Maiden fait partie d’une élite en voie de disparition. J’oserai même dire que Iron Maiden est au Heavy Metal ce que les Rolling Stones sont au Rock. Un groupe emblématique, technique et groovy, qui mérite sa réputation, mais représente un courant oldschool d’un ensemble de musiques par ailleurs extrêmement riche. On ne peut résumer le rock aux Stones, on ne peut résumer le metal à Maiden. The Book of Souls est ce qui se fait de mieux dans son genre, on peut découvrir le metal avec ce disque, mais on peut aussi le faire avec bien d’autres projets sortis en 2015, comme le dernier Europe, le dernier Slayer sorti également ce mois-ci, sans parler des centaines de disques plus confidentiels, notamment tous ceux dont je te parle régulièrement dans les colonnes de ton blog musical préféré. Alors oui, tu peux t’initier au metal avec Iron Maiden, mais prends cela comme une porte, un point de départ et non pas comme l’alpha et l’omega.

iron maiden 3

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.