Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Art par

L’autobiographie de Pagnol : prolongez l’été au soleil de la Provence

dimanche 4 octobre 2015 - Commentaire : 0

Accueil » L’autobiographie de Pagnol : prolongez l’été au soleil de la Provence

Si tu aimes la garrigue, le chant des cigales, le pastis, les belles histoires. Si tu es malheureux que les vacances soient déjà finies, si tu n’as pas une opinion trop radicale sur la chasse et les chasseurs, tu devrais lire ou relire les mémoires de Marcel Pagnol, tu verras, ça vole bien plus haut que toute la piètre littérature jeunesse ou adolescente qui envahit nos librairies.

Marcel Pagnol, écrivain, dramaturge, académicien français. Né à Aubagne en 1896 et mort en 1974. Il entreprend la rédaction de ses souvenirs d’enfance en 1959. Le projet originel comptait trois romans, mais l’auteur décide finalement d’en écrire un quatrième, Le temps des amours, publié post-mortem (avec son autorisation). On peut d’ailleurs prendre les quatre romans deux par deux, tant ils vont de pair. La gloire de mon père et le château de ma mère d’un côté. Le temps des secrets et le temps des amours de l’autre.

trilogie de pagnol la gloire de mon pèreUne savoureuse anecdote me vient à l’esprit. Un jour un politicien marseillais contacte Marcel Pagnol pour lui demander l’autorisation de donner son nom à un établissement scolaire. L’écrivain répond qu’il préfère qu’on nomme cette école Joseph Pagnol, car son père était instituteur, et quoi de plus normal que de donner le nom d’un instituteur à une école. Le politique explique que c’est Marcel Pagnol la célébrité locale et que c’est donc à lui que revient cet honneur. L’écrivain accepte et le jour de l’inauguration il a cette belle phrase: “je remercie la ville de Marseille de donner à cette école le nom de mon père précédé de mon prénom”.
Cette petite histoire n’est pas anodine, car le héros des deux premiers tomes des mémoires de Pagnol, c’est ce hussard noir de la République. Mais c’est aussi un hommage à la mère, petite chose faible, morte très jeune (Marcel avait 15 ans). Et c’est surtout un hymne à la nature folle des garrigues marseillaises. Une nature sauvage et riche, une jungle, un territoire à conquérir.

On évoque souvent la trilogie des souvenirs, mais c’est une erreur. Parce qu’il y a en réalité quatre romans. Le dernier, “Le temps des amours” a été publié à titre posthume avec l’accord de l’auteur. C’est le pendant au “temps des secrets”, de la même manière que “Le château de ma mère” est le pendant à “La gloire de mon père”.trilogie de pagnol le chateau de ma mère

Les souvenirs autobiographiques de Marcel Pagnol ne sont pas l’histoire de sa vie mais l’histoire des trois années charnières de l’enfant Pagnol qui devient un adolescent. Car à cette époque pas si lointaine, la vie était plus courte, les cycles également. On sortait brutalement de l’enfance pour être précipité dans l’adolescence, dont on était éjecté tout aussi brutalement pour devenir un adulte, avec boulot, femme et enfants. On prenait sa retraite à 65 ans, brisé par le travail et on mourrait bien gentiment dans les 5 années qui suivaient, ce qui évitait de creuser le trou des retraites…

C’est pendant ces quelques années que Marcel Pagnol découvre ses chères garrigues, à l’orée desquels se trouve une petite bastide que la famille Pagnol louait à l’année. “La gloire de mon père” et “le château de ma mère”, de construction similaire, sont un hymne à la garrigue, quasi personnage des romans. “Le temps des secrets” et “Le temps des amours” prennent plus leur temps pour développer la scolarité de Marcel Pagnol à Marseille. Premières chasses en compagnie du père, image omniprésente de la mère, premières amitiés, premières blagues de potaches, premières bravades, premiers amours…ces mémoires sont le récit de toutes ces premières fois qui forgent un caractère.

Il y a dans ces livres, notamment les deux derniers, cette espèce de nostalgie du bon vieux temps des blouses noires, des plumiers et des blagues de cour de récré. Ce côté miroir qui fait rigoler les écoliers et leur donne envie de lire…L’envie de lire, c’est quand même pas le truc le plus mainstream chez les écoliers, alors autant la cultiver, non?

trilogie de pagnol le temps des secrets

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.