Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Chroniques à brac par

Eloge des périphéries // Brighton

samedi 9 janvier 2016 - Commentaire : 0

Accueil » Eloge des périphéries // Brighton

Brighton est la station balnéaire la plus proche de Londres, c’est un peu le Deauville des londoniens mais c’est aussi une vraie ville à part entière et pas juste un bout de plage qui ne vivrait que du samedi matin au dimanche soir.

A une petite heure de train du centres de Londres, on arrive à Brigthon. La gare est construite sur une hauteur. Au sortir de l’édifice, on a la ville à ses pieds, la mer gris ardoise à l’horizon, coupée en deux par cet impressionnante jetée de bois qui nous attire comme un aimant. C’est l’une des dernières de son espèce, elle a plus de cent ans maintenant et tient toujours le cap alors que tant de ses consœurs ont péri sous les flammes, les coups de boutoir de la houle et le mépris des hommes qui les avaient construites.

On descend bien vite la rue assez raide pour entrer dans la bande balnéaire où des petits restos, des brocanteurs et autres marchands de babioles pour estivants entourent l’impressionnant Royal Pavillon, un palais des festivals à l’architecture orientalo-rococo particulièrement atypique pour le Sussex. Puis c’est la plage, la mer et ce Pier anachronique.
C’est là, au pied de cette jetée que s’empoignaient les rockers et les mods. En empruntant la promenade, on a un petit reflux de Tommy des Who…

La longue promenade s’étend sur plusieurs centaines de mètres, séparée en son milieu par une rangée de bancs pour déguster son fish and ships. La jetée offre un point de vue magique sur la station. La plage au sable orange, les petits immeubles du front de mer, la ville qui s’étend sur les collines.

brighton

Souvenirs de Brighton 7Souvenirs de Brighton 4

Au bout de la jetée, il y a un parc d’attraction pour les plus aventuriers, une salle d’amusement pour les plus crédules et pour les autres, l’infini horizon de la mer Manche, le cri des mouettes et l’air iodé qui rafraîchit en été et gèle les oreilles dès qu’il fait froid, gris ou triste.

L’arbre qui cache la forêt?

Pourtant il ne faudrait pas réduire la ville à son front de mer, pourtant très cool. Brighton c’est aussi d’autres choses que mon amie Nessie Spencer qui vient de s’y installer m’a résumé comme ça : “Brighton c’est cool parce que c’est pas Londres, parce que c’est vraiment un chouette endroit à vivre, parce que c’est pas super loin de ma ville natale, parce qu’il y a plein de groupes géniaux venant de cette ville, parce que la plage, parce que la coolitude, La vie y est agréable, il fait meilleur qu’à Paris (microclimat iodé toussa), les concerts sont dans des plus petites salles, l’happy hour dure plus longtemps, la culture y est omniprésente, les hétéros peuvent aller dans des clubs gay, c’est moins cher que Londres, t’as plein de disquaires et de librairies super cools, c’est branchouille mais pas si hipster que ça, t’as des restos à tomber par terre, les gens sont TELLEMENT plus sympas qu’à Paris, c’est cosmopolite et ouvert d’esprit, il y a des salons de tatouages géniaux dans le coin, les gens sont chaleureux avec toi même si t’es français(e), la ville est propre, la plage est belle, la ville est super bien desservie et il y a le Mammothfest et The Great Escape qui seraient l’équivalent local du Fall of Summer et de Rock en Seine et ça c’est chouette. Ah, et accessoirement c’est aussi la capitale rosbifienne des choupis, ce qui n’est pas pour me déplaire.”

Souvenirs de Brighton 8

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.