Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Musique par

Wovenhand… dans dix siècles on comprendra !

lundi 25 janvier 2016 - Commentaire : 0

Accueil » Wovenhand… dans dix siècles on comprendra !

Wovenhand c’est initiatique, introspectif, truffé de miroirs fêlés qui dévoilent l’envers de la peau. Par ici les éclopés…

Wovenhand ou Woven Hand ou Wovehand (ils étaient bourrés, ils ont pas su choisir) : Open G, reverb, désespoir. Trio magique.
L’aire de jeu David Eugene Edwards quand il finit par plaquer 16 Horsepower.

Sans compter les opus de Sixteen Horsepower, Wovenhand c’est douze efforts studio (12). De quoi en boucher un coin, comme on dit.

Wovenhand david eugene edwards

Un wiki vous apprendra que le groupe est né de tensions au sein des 16 Horsepower au début 2000, dans le Colorado, à Denver. Dans le sillage de l’alternative-country, Wovenhand se démarque par une place plus importante laissée aux expérimentations (notamment rythmique & percussions), aux embardées qui font la vie quoi.
Quant à la voix du tenancier, garanti qu’elle n’est pas sans épaisseur ni profondeur. Pour vous filer un tuyau, c’est cette voix que Cantat a visé à l’époque de “Des Visages, Des figures”, c’est à dire post-ravalement des cordes vocales. Rapprochement non dû au hasard, comme vous le verrez par la suite.

David Eugene Edwards

Je vais citer Bayon qui, pour le coup, casse le papillon sur la roue* :
“C’est une éternelle messe, noire comme le sang, ce sont litanies de fous barbus illuminés dans le désert, sabbats gaéliques de fantômes de quakers déracinés délirant leurs oraisons ineptes, très fatigantes mais, bon Dieu, poignantes coûte que coûte, de haute lige shout, pleines d’étrange beauté électrogène clamée.”

Hein… qu’est-ce que j’avais dit ?
Une sorte de secte. De collectif si vous préférez.
Collaborations avec :
Pascal Humbert (2008-2012)
Donc forcément Bertrand Cantat
Gordon Gano (Violent Femmes)
Louise Attaque (Comme On A Dit, le titre)

On parle de musique habitée, oui.
De musique à vivre live, reoui.
De gars qui ont “ça” dans les tripes, et qui ne feront que “ça” jusqu’à ce que “ça” soit plus possible.
Oui, y a de ça, dans la vie. Des gens abattus.
Et un peu dans la mienne, le sais-tu ?

Pas d’album en particulier tant la discographie est homogène. Pas de hit qui faciliterait bien des choses. Ni de compil, ni de conseil. 742 abonnés sur Twttr, t’as qu’à voir… En fait, en dehors de cet article, vous n’entendrez plus jamais parler de Wovenhand. C’est donc le moment d’écouter.

*Référence à l’expression anglophone To break a butterfly upon a wheel : déployer les gros moyens pour des causes mineures.

https://twitter.com/WovenHandBand

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.