Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Chroniques à brac par

Eloge des périphéries – Overlook Hotel

lundi 8 février 2016 - Commentaires : 3

Accueil » Eloge des périphéries – Overlook Hotel

L’Overlook Hotel est un palace des neiges, construit sur les pentes abruptes des monts du Colorado. Une perle de luxe et de volupté cachée dans un écrin de verdure (l’été) et de glace (le reste de l’année). On pousse la lourde porte de bois pour pénétrer dans une bâtisse historique où résonnent encore les rires des fêtes du passé.

Le Colorado est un État de l’Ouest des États-Unis. Sa capitale est Denver qui forme avec Aurora, une métropole de 3 214 218 habitants soit plus de la moitié de la population de l’État. Le Colorado est surnommé L’État du Centenaire (The Centennial State) car il a intégré l’Union en 1876, 100 ans après la déclaration d’indépendance des États-Unis. C’est un des deux seuls États totalement rectangulaires (avec le Wyoming).

La totalité du territoire coloradien est situé au-dessus de 1 000 mètres d’altitude. La partie Est de l’État est occupée par les Grandes Plaines tandis que la partie Ouest voit s’élever les montagnes Rocheuses et le plateau du Colorado. Le mont Elbert, point culminant des montagnes Rocheuses est situé dans l’État comme l’intégralité du parc national des Montagnes Rocheuses et du parc national de Black Canyon of the Gunnison.

Overlook Hotel

Il y a dans ces montagnes quelques perles architecturales, des hôtels immenses, loin de tout, construit par quelque magnat visionnaire qui n’avait pas froid aux yeux, dans un pays où la démesure est la règle. L’Overlook Hôtel est de ceux-là. Cette immense bâtisse a été construite au début du siècle dernier par une riche famille de pétroliers. Pendant les années folles, l’Overlook était the place to be. A l’âge d’or de l’établissement, la Golden Room, immense salle de bal au plafonds doré a vu défiler tout le gratin, comme l’attestent les splendides photos souvenir qui ornent les parties commune, souvenir d’une gloire passée, d’une époque révolue où la gentry ne se déplaçait pas sans un smoking où une robe en lamé, même pour aller au cul du loup….

Overlook Hotel

L’Overlook Hotel vu de l’extérieur

Il faut deux bonnes heures de routes en lacet pour arriver à l’Overlook (en hiver, c’est impraticable, l’hôtel ferme de novembre à avril). L’hôtel est construit sur un plateau étroit, à flanc de montagne tout au bout de l’Overlook Road. Autour, il n’y a que le silence et la beauté, l’hôtel se trouve en effet au beau milieu d’un parc naturel, dans une zone qui n’est plus constructible depuis cinquante ans!

Avec sa façade à bardeaux, l’Overlook Hotel a un petit air de demeure normande, ce qui n’est pas étonnant puisque son architecte est également le créateur de l’Hôtel Normandy de Deauville. L’Overlook Hotel a été construit entre 1907 et 1909 tandis que son frère normand a été inauguré en 1912! Vu de l’extérieur, les deux palaces accusent de troublantes ressemblance. Mais ce n’est que l’une des particularités de cette construction envoûtante.
Overlook HotelOn gare sa voiture sur le parking avant d’entamer l’ascension de l’immense escalier de pierre à double révolution qui mène à une énorme porte à tambour. Elle débouche sur un hall d’accueil lumineux avec un sol en belle mosaïque, un comptoir séculaire en bois brun…A gauche, un couloir mène aux ascenseurs et à la fameuse Golden Room.

Overlook HotelMais c’est vers la droite que l’on est immédiatement attiré. On franchit en effet une dizaine de mètres avant de déboucher dans une pièce à peine plus petite que le hall de Grand Central Station, une pièce aux dimensions hallucinante….

Le Lobby

C’est un immense volume rectangulaire, très haut de plafonds, avec d’immenses baies vitrées terminées par des vitraux, des fresques ethniques et un sol recouvert de tapis indiens L’architecture très ethnique est élégamment contrebalancé par une grande cheminée de pierre où brûle toute l’année un feu d’enfer et du mobilier rustique et confortable où il fait bon se pelotonner, un verre de whisky ou une tasse de thé à la main.
overlook hotel

Les chambres

On y accède grâce à l’un des trois ascenseurs du hall mais il y a aussi des escaliers dans tous les coins. L’hôtel compte 400 chambres, 10 suites et une suite présidentielle où quelques présidents ont effectivement résidé, sans parler de pas mal de stars de cinéma et quelques têtes couronnées plus ou moins célèbres….la crème de la crème. On se perd assez facilement dans les grands couloirs un peu kitsch. Car si ce côté désuet est charmant dans le hall, la golden room et le lobby, les couloirs et les chambres auraient besoin d’un petit rafraîchissement… Entre les néons blafards, les cendriers et la moquette criarde, les couloirs ne donnent vraiment pas bonne mine. On se croirait dans un aéroport des années 70!
Overlook Hotel
Les chambres sont malheureusement très défraîchies. Literie défoncée, salle de bains d’un autre âge (10 minutes pour avoir de l’eau chaude)….et il parait même que certaines sont hantées. Cela dit, les décorations “dans leur jus” sont vraiment spectaculaires, comme la salle de bains couleur céladon de la chambre 237.
Overlook Hotel

Le jardin

Il n’y a pas de parc à proprement parler, mais on trouve sur l’arrière de l’hôtel un très spectaculaire labyrinthe de buis qui mérite qu’on s’y perde un petit peu. Cela dit, éviter de tenter l’aventure à la nuit tombée, il ne s’agirait pas de mourir congelé, loin de tout, car dans la nuit glaciale, personne ne vous entendrait hurler….
Overlook Hotel

Quand on a l’opportunité de visiter cette hôtel mythique, on se dit qu’il ferait un bon décor pour un film d’horreur. Un truc psychologique qui jouerait sur l’immensité, l’éloignement, la folie et peut-être aussi sur ces fameuses rumeurs de fantômes….car quand on est là, avec les autres clients, les voitures sur le parking et le personnel, c’est bien marrant, mais essayez de vous représenter ce que doit être cet immense bâtiment pendant les six mois d’hiver, coupé du monde, desservi par les corbeaux….vous mordez le tableau, ça serait cool, non?

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

  • All work and no play makes Jack a dull boy
    All work and no play makes Jack a dull boy
    All work and no play makes Jack a dull boy
    All work and no play makes Jack a dull boy
    All work and no play makes Jack a dull boy
    All work and no play makes Jack a dull boy
    All work and no play makes Jack a dull boy
    All work and no play makes Jack a dull boy
    All work and no play makes Jack a dull boy
    All work and no play makes Jack a dull boy
    All work and no play makes Jack a dull boy
    All work and no play makes Jack a dull boy
    All work and no play makes Jack a dull boy
    All work and no play makes Jack a dull boy
    All work and no play makes Jack a dull boy
    All work and no play makes Jack a dull boy
    All work and no play makes Jack a dull boy
    All work and no play makes Jack a dull boy
    All work and no play makes Jack a dull boy
    All work and no play makes Jack a dull boy
    All work and no play makes Jack a dull boy
    All work and no play makes Jack a dull boy
    All work and no play makes Jack a dull boy
    All work and no play makes Jack a dull boy
    All work and no play makes Jack a dull boy
    All work and no play makes Jack a dull boy
    All work and no play makes Jack a dull boy

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.