Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Chroniques à brac par

Avec cette lettre d’amour, je voulais t’avouer…

samedi 13 février 2016 - Commentaire : 1

Accueil » Avec cette lettre d’amour, je voulais t’avouer…

C’est la saint valentin dimanche, alors je me suis dis que j’allais vous écrire une lettre d’amour.

Comme ça, si vous vous sentez un peu triste, vous pouvez la lire et vous aurez un peu d’amour. Vous pouvez aussi copier cette lettre d’amour pour l’offrir à votre valentin / valentine, je m’en fous.

A toi,

Je t’écris quelques mots pour te dire comme je t’aime. Oui, je sais, c’est une fête commercial mais je m’en branle. J’ai envie de le crier chaque jour alors aujourd’hui j’ai le droit.

J’aime me perdre dans ton sourire. Il me rend heureux. C’est mon petit soleil.  J’aime me lover dans tes bras sans rien dire pour ne rien sentir d’autre que ton parfum. Tu sens le soleil et les nuages rêveurs. J’aime ta nuque, j’aime chaque centimètre de toi. Mais assez de moi, parlons de toi.

Tu es belle (beau) comme il n’y a pas de mots pour le dire. Je voyage souvent dans tes yeux, je me perds dans les rêves que nous faisons. Quand je ferme les yeux, j’entends les échos de toi et je souris. Tes pas sont des kilomètres de vie en rose. Tu es un concert philharmonique de bonheur, une riviera, un instant parfait suspendu.

Je veux danser avec toi, je veux que l’on tourne ensemble et qu’on soit heureux, même sans musique, même sans les autres. Les autres, on s’en fout. Je veux la Dolce Vita. Je veux qu’on saute dans les flaques en se marrant. Allez viens, dansons et perdons nous.

 

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

  • Je sens bien que ça part d’une bonne intention… mais ça me gêne cette lettre. C’est pas ce que tu as écrit. Les mots d’amour, il s’en écrit depuis toujours, je pense qu’on n’a pas à juger de ce que les gens écrivent à ce sujet, tant de choses ont déjà été écrites sur l’amour, chacun peut bien écrire ce qu’il veut comme il veut aujourd’hui, comme il en a envie, comme il le ressent, à mon sens il vaut mieux lire quelque chose de sincère, que des tentatives de nouveauté où l’on perçoit que l’auteur est plus motivé par la recherche d’une originalité que par l’expression d’un sentiment amoureux – et c’est valable pour l’expression de n’importe quel autre sentiment d’ailleurs. Non, le malaise que je ressens à la lecture de cet article, c’est que c’est comme un couteau que l’on remue dans la plaie. La Saint Valentin… quoi qu’on en pense, fête commerciale ou pas, on en subit le matraquage chaque année, et si l’on est seul, c’est dur, on a beau se dire que c’est bidon, tous les médias se chargent de nous crier à la gueule “amour”, “amour”, “AMOUR !!” et à la place on entend “SEUL” et tout son corollaire. Comme toi je crois, j’ai de la peine en pensant à tous ceux qui n’ont pas d’amoureux/se, mais cette lettre, ça fait encore plus de mal, je crois… Ce sont les mots que tout le monde voudrait entendre, mais adressés rien qu’à soi. Des mots qui font souffrir en pensant à son ex qui les a peut-être dit un jour, à qui on pourrait les dire ou les redire, mais il/elle est parti(e)… Ces mots qu’on aimerait s’entendre dire par son conjoint s’il/si elle nous aimait encore comme au premier jour, s’il/si elle nous aimait encore tout court. Alors on les lit et ça enfonce le clou. Tu penses à ceux qui sont seuls mais personne en particulier ne pense à eux comme ils en auraient vraiment besoin. Ils resteront encore aussi seuls qu’ils le sont et ont fermé leurs bras hier soir sur un peu plus de vide que d’habitude. Ils ferment les bras sur eux-mêmes, mais croise les bras sur toi et tu verras qu’ils ne font pas le tour de ton corps, et qu’appuyés sur ton diaphragme, ils t’oppressent. Rappelle toi quand tu étais seul. Seul parce qu’on t’avait abandonné ou seul parce que c’était comme ça. Tu te souviens du vide ? Tu te souviens comme tu avais l’impression d’être un peu mort, d’être un peu un fantôme ? Tu as déjà vu le vent tourner en spirale furieuse dans l’angle d’un bâtiment, piégé sur lui-même, entrainant feuilles mortes et autres saletés gisant par terre, les faisant monter et descendre sans cesse, une petite tornade coincée dans un coin, qui n’a aucune destination, en dehors du sol où elle finira par s’écraser et disparaître ? Tu as déjà eu l’impression que c’était exactement la même chose qui se passait dans ta poitrine ? Le vent y souffle si fort qu’il te gifle de l’intérieur et t’empêche de respirer correctement. Tu as l’impression d’étouffer. Tu as l’impression que tu auras froid pour toujours. Tu as l’impression que rien ne t’apaisera jamais. Pourtant c’est faux, mais c’est compliqué de s’en souvenir, de ça. Merci de penser à tous ceux qui sont seuls. Mais dis-leur plutôt que même si ce n’est pas le cas en ce moment, et peut-être depuis trop longtemps, quelqu’un ressentira tout ça pour eux et rien que pour eux, et que cette fois-ci, “pour toi tout seul”, pour toi toute seule”, ce sera bien… il faut y croire, pas la peine de chercher, juste y croire. Dis-leur qu’il y a peut-être déjà quelqu’un d’ailleurs, quelqu’un encore, mais qu’il y aura forcément quelqu’un un jour, qu’il faut garder espoir, que ce ne sera pas forcément comme dans leurs rêves, que ce ne sera pas forcément comme on attend que ça soit, mais que l’amour c’est indéfinissable et inattendu alors gardez les yeux ouverts, respirez un grand coup en tournant le dos à la spirale mais juste à la spirale, pas au reste. Ne soyez pas trop tristes. On survit à ça et il y a tant d’autres raisons d’être tristes, mais aussi et surtout tant d’autres raisons d’être heureux.

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.