Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Foodinge par

Le capitaine est parti déjeuner // le thé en sachet

dimanche 17 juillet 2016 - Commentaire : 0

Accueil » Le capitaine est parti déjeuner // le thé en sachet

Le thé en sachet est au thé ce que la canette de kro est à la bière. On en trouve partout, il ne coûte pas cher, n’est pas très bon, mais fait bien le job.

On le reconnait à son contenant : emballé dans un sachet en papier, avec une petite ficelle accrochée au bout pour pouvoir le mettre et de retirer de la tasse d’eau sans se brûler les doigts. C’est le thé de tous les jours, le thé des supermarchés. Et même si c’est l’antithèse du bon goût pour les théophiles éclairés, on est bien content de trouver du thé en sachet, faute de mieux. Le thé de supermarché dans son sachet papier a l’avantage de la simplicité, du prix et de l’universalité.

thé en sachet
RUDI FAJAR PHOTOGRAPY

le degré zéro du thé

Vous l’aurez sans doutes remarqué, la caractéristique première du thé en sachet, c’est qu’il ne coûte pas très cher. Environ 2.50 € la boite de 20 sachets, voire moins pour les marques distributeur. Et comme toujours, la qualité ayant un prix, le bas prix révèle une qualité moindre : il faut bien faire des économies quelques part. Pour le sachet de thé, l’économie est faite dans les techniques de fabrication, l’origine du produit et aussi la forme du thé mis en sachet. C’est comme pour les ravioli en boite ou les lasagnes Sodebo, on profite du sachet pour utiliser un produit qu’on ne consommerait pas si on pouvait le voir…. Quelle que soit son origine (même s’il vient souvent d’Afrique), le thé en sachet est de la poussière de thé. Avantage pour le fabricant : ça coûte moins cher que les feuilles entières, c’est moins fragile et il faut en mettre moins dans le sachet, la poussière étant constituée de feuilles hachées et réduites en poudre.
Conséquence pour le consommateur : il n’est pas nécessaire de laisser infuser le sachet trop longtemps et encore moins de suivre les consignes écrites sur la boite. En général pour un thé en sachet, quelle que soit sa couleur une infusion d’une à deux minutes est largement suffisante. Au-delà, le breuvage devient très vite amer. Autre avantage, même dans de l’eau pas très chaude, le thé en sachet infuse vite et libère tous ses (maigres) arômes. Si vous êtes au bureau et que vous n’avez pas de bouilloire, l’eau du robinet fera amplement l’affaire. Certes ce n’est pas extraordinaire, mais c’est bien meilleur que le Lipton Yellow en poudre que vous trouvez dans le distributeur Selecta ou son clone “Thé Vert” qui a le même goût, la même couleur et la même odeur que le Malabar à la menthe.

Une vidéo publiée par aowleblog (@aowleblog) le

Sucre, lait, citron ?

Même s’il n’est pas très bon, le thé en sachet passe toujours mieux quand on évite de le sucrer. Pourquoi? On va faire un peu de chimie culinaire. L’armature gustative du thé, c’est les tanins. Les tanins donnent de l’amertume (surtout quand le thé est trop infusé) mais ils véhiculent aussi une partie du goût. Le sucré est l’opposé de l’amer, si je sucre mon infusion, ce sucre va venir gommer l’amertume et donc les arômes de mon thé. Plus je sucre, plus le goût de sucre remplace les autres goûts. Et comme mon thé n’en a de toute manière pas des masses, si je sucre trop, je n’ai plus que le goût du sucre….autant boire de l’eau sucrée, ça coûte moins cher!
Si vraiment votre infusion est trop corsée, je vous recommande d’y ajouter un nuage de lait. Contrairement au sucre, le lait vient atténuer les tanins sans dénaturer le goût. Même une pointe de lait suffit à rééquilibrer une liqueur trop forcée.
Le citron est acide et il va venir renforcer l’amertume. C’est à vous de voir, mais si vous aimez bien le goût d’agrume dans votre thé, il vaut mieux acheter du thé Earl Grey ou du goût russe plutôt que de citronner votre liqueur.

Les goûts et les couleurs

Petit top cinq des thés en sachet les plus répandus
Le Lipton Yellow : c’est le thé le plus vendu en supermarché et celui qu’on trouve dans la plupart des troquets et même à l’étranger, y compris dans des pays producteurs de thé, pour une bonne raison : c’est le moins cher. Les thés de luxe produits par les pays producteur, c’est comme la perche du Nil dans le lac Victoria, un produit réservé à l’exportation. Si je suis paysan au Sri Lanka, je fabrique un thé que je n’ai pas les moyens d’acheter et j’achète du Lipton Yellow. Si vous cherchez à découvrir le thé de chez thé, le thé qu’on vous sert quand vous demandez un thé “nature”, la quintessence du sachet de thé, c’est par le lipton yellow qu’il faut commencer!
English Breakfast : Mélanges de thés noirs indiens très corsé. Idéal pour boire en mangeant, notamment en mangeant du salé ou de la nourriture pimentée. Supporte une goutte de lait (presque indispensable d’ailleurs, sans lait c’est parfois très dur quand on est né au sud de la Manche)
Ceylan : Mélange de thés noirs du Sri Lanka. Moins corsé que le English Breakfast, mais plutôt puissant quand même. Peut se boire sans lait quand il est de bonne qualité, c’est également un bon choix pour faire du thé glacé.
Earl Grey : C’est un thé noir aromatisé à la bergamote. La bergamote est un agrume qui ressemble à un croisement entre une orange et un citron.
Le Darjeling : c’est un thé noir indien originaire des jardins de Darjeling. Il a un goût spécifique, un peu épicé. Se boit sans lait, mais c’est quand même assez spécial.

Une photo publiée par aowleblog (@aowleblog) le

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.