Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Foodinge par

Le capitaine est parti déjeuner // Cacolac

dimanche 21 août 2016 - Commentaire : 0

Accueil » Le capitaine est parti déjeuner // Cacolac

[Musique créole] “Moi j’aime Cacolac, Cacolac au cacao. Cacolac quand je suis K.O, Cacolac au cacao”

Avez-vous déjà remarqué combien il est difficile de boire un bon chocolat dans un café en France ? Non, je ne parle pas du voluptueux lait cacaoté qu’on vous sert dans les salons de thé huppés. Ceux où on fait fondre 50 grammes de chocolat à dessert dans une casserole de lait chaud. Je vous parle de la version Choky pour bars PMU. Une espèce de distributeur certainement offert en lot surprise quand le cafetier se paye un percolateur qui vomit un brouet infâme où de l’eau chaude entre en contact incertain avec une poudre mi-lait en poudre, mi-chocolat instantané trop sucré. Dans le meilleur des cas, c’est insipide. Dans le pire, on ne va pas épiloguer.

Le Cacolac est le produit idéal pour éviter les mauvaises surprises quand l’envie soudaine et irrépressible d’un lait chocolaté vous saisit. Car cette boisson française créée en 1954 est l’autre fierté de Bordeaux après le vin.

cacolac

Le Cacolac, c’est tout simplement du lait, du chocolat et du sucre.

La marque se vante d’une recette secrète savamment conservée et inimitable mais il faut bien reconnaître que contrairement à celle de Coca-Cola qui a fait de nombreux émules, la formule de Cacolac est surtout bien défendue par l’absence de produit concurrent direct. Enfin, il n’y a pas d’autre distributeur de lait chocolaté en bouteille, mais bien sûr, Cacolac se heurte à tous les autres soft, Coca-Cola en tête. Pour les différencier, il y a l’argument santé (le lait, source de bienfaits, toussa), il y a l’argument chauvin (enfin une boisson bien d’cheu nous) et puis il y a l’argument “j’me taperais bien un lait cacaoté”. Il faut cependant bien reconnaître que le lait chocolaté souffre peut-être d’un déficit d’image lié à ses couleurs assez laides, ses bouteilles à l’avenant et une graphie plus ringarde que vintage. C’est pourtant sur cet angle que la marque a décidé de repositionner son produit, puisque le site internet de la marque qui reprend la même graphie qu’en 1954 joue à fonds la carte du vintage désuet car vous l’avez bien compris en écoutant le dernier album de Blues Pills, le vintage c’est la vie ! C’est en tout cas la recette gagnante pour un retour en force du produit. Plus que la publicité indirecte faite il y a quelques années par les Guignols de l’info et Jean-Pierre Papin, grand amateur de la boisson bordelaise….

“Aux Etats-Unis, Elvis Presley – qui roule en Cadillac – invente le Rock’n roll avec le morceau That’s All Right Mama. De son côté, Cacolac – qui roule en camionnette – sillonne la France pour faire découvrir sa boisson. La recette de Cacolac, elle, ne change pas.”

Le site internet propose également quelques recettes et variantes, parce que la boisson n’est pas juste un soft de plus, c’est un ingrédient culinaire à part entière : Madeleines au Cacolac, crème dessert au Cacolac…de quoi remporter haut la main la finale de “Un dîner presque parfait” ou pour le moins d’amuser le temps d’un repas vos chères têtes blondes qui sont revenues de tous vos trésors de créativité culinaire.

Alors, au troquet ou à la maison, frappé ou tiède, Cacolac c’est le réflexe gagnant de l’amateur éclairé de bon lait cacaoté.

cacolac

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.