Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Musique par

Slo Burn, la catharsis de John Garcia

mercredi 1 février 2017 - Commentaire : 0

Accueil » Slo Burn, la catharsis de John Garcia

Slo Burn fait partie de ces formations mythiques et surestimées qui hantent les étagères du Rock. Slo Burn a été actif d’avril 1996 à juin 1997. Sa production se limite à un EP publié en avril 2017.

Kyuss est un groupe de rock américain, originaire de Palm Desert, Californie. Il s’agit de l’un des groupes les plus célèbres de la scène Stoner rock. Fondé en 1987, il se compose initialement de Josh Homme à la guitare, de John Garcia au chant, de Brant Bjork à la batterie, et de Chris Cockrell à la basse. Après la parution d’un EP sous le nom de Sons of Kyuss en 1990, le groupe raccourcit son nom en Kyuss, et engage Nick Oliveri. Après cinq ans, le groupe explose, Josh Homme part fonder Queens Of The Stone Age, Brant Bjork rejoint Fu Manchu et John Garcia fonde Slo Burn.

Production poussiéreuse et chaude, instrumentation organique, chant signature de John Garcia, Amusing the Amazing, l’unique disque de Slo Burn est une pierre angulaire de l’édifice Desert Rock patiemment construit par le frontman de Kyuss. Certes, le disque n’a pas la flamboyance des albums de Kyuss, mais ses 15 petites minutes sont du baume sur le coeur des fans de John Garcia. Le bouillonnant chanteur a toujours cherché à perpétuer les sonorités inventées par son premier groupe dans les formations qu’il a fondées par la suite et ses projets solo. John Garcia n’est pas un dilétante qui fonde un groupe puis l’abandonne pour passer au suivant. C’est un collectionneur. Slo Burn, Hermano, Unida, Vista Chino ou John Garcia (son projet solo) sont autant de véhicules musicaux que l’homme du désert emprunte au gré de ses envies. S’il tourne cette année avec un groupe qui n’avait plus rien fait depuis 1997, on l’a vu l’an dernier au Hellfest avec Hermano et en 2014 avec Unida. Plutôt que de s’enfermer dans la logique créatrice d’un seul groupe, Garcia préfère diversifier les expériences, proposant avec chacun de ses projets une variation de son univers. Il est pourtant facile de reconnaître sa patte dans chacun de ses projets, tout ce que touche John Garcia rappelle Kyuss et donne furieusement envie de réécouter “Green Machine”, “One Inch Man” ou “Demon Cleaner”.

Slo Burn la catharsis de John Garcia

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.