Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Musique par

Mr Tom, il y a un nouveau super groupe de rock alternatif à Göteborg

jeudi 6 avril 2017 - Commentaire : 0

Accueil » Mr Tom, il y a un nouveau super groupe de rock alternatif à Göteborg

Mr Tom est un groupe de Hard Rock / Rock Alternatif originaire de Göteborg. La deuxième ville de Suède a déjà plus que largement contribué à l’enrichissement de la scène Rock et Metal, le nouvel EP de Mr Tom est là pour nous rappeler que les chiens font rarement des chats, car en un mot, c’est excellent

J’ai un rapport affectif particulier à Göteborg. J’y suis allé deux fois, j’adore l’ambiance, le climat, les espaces verts, les îles de la baie de Göteborg (ce qu’on appelle l’archipel de Göteborg, un chapelet de petites îles granitiques qu’on rejoint en ferry depuis la côte et qui forment la banlieue la plus géniale qui soit). J’adore les polars de Ake Edwardson, j’adore manger un sandwich aux crevettes arrosé d’une bière, j’adore me faire un sauna avec vue sur le hall de la jolie petite gare, j’adore cette gare qui ressemble à une château de contes de fées, j’adore la route côtière qui relie la ville à la Norvège toute proche, j’adore leurs tramways bleus et blancs et j’adore leur musique.

mr tom

Maintenant que j’ai découvert Mr Tom, j’ai une raison de plus d’aimer Göteborg.

Ils sont quatre, ils s’appellent Mr Tom et leur deuxième EP, Circles, est sorti le 24 mars 2017. Quatre chansons, un groove de malade, un sens des compos et de la mélodie puissants. Des lyrics racés, profonds, sensibles. Bref, que du bonheur. Pour aller plus loin, j’ai posé quelques questions à Johannes, le volubile chanteur. Vous allez voir, il est bien plus loquace que moi pour présenter ce projet.

Hank : Peux-tu nous raconter l’histoire de Mr. Tom et de ses musiciens ?
Johannes :
L’histoire de Mr Tom débute vers 2013 quand Emil (basse) et Simon (guitare) ont commencé à jouer ensemble dans un groupe de reprises. Ils ont eu une bonne vibration qui les a décidés à monter leur propre groupe et créer leur musique. Simon avait joué dans des groupes de Metal (Centicore, Disconnect) pendant plusieurs années mais il voulait créer une musique avec plus de groove. Pour ses riffs, il s’inspire de guitaristes comme Dimebag Darrell, Adam Jones et Tom Morello. Emil et Simon pensent que pour créer du groove, la basse et la guitare doivent être complémentaires, ça ne marche pas si la basse se contente de doubler la guitare. Tout en composant, ils se sont mis en quête d’un batteur. Cela n’a pas pris longtemps avant que Gabriel (Crowlegion, One Inch Giant) rejoigne la formation. Le trio a composé quelques morceaux tout en cherchant un chanteur. Ils m’ont recruté. Je cherchais un groupe pour revenir au chant après avoir joué de la batterie dans des groupes de reprise pendants plusieurs années. Une fois ensemble, nous avons rapidement finalisé suffisamment de créations pour publier un premier EP, Bauer’s Son, en 2015 et donné quelques concerts autour de Göteborg.

Hank : Tu accordes beaucoup d’attention à tes lyrics, peux-tu nous expliquer de quoi parle tes dernières compos ?
Johannes:
Dans Bauer’s Son, les paroles étaient essentiellement consacrées à mes expériences relationnelles. Pour la chanson éponyme toutefois, c’était différent. J’ai développé une sorte de scène théâtrale, avec un personnage appellé Mr Tom (qui est ensuite devenu le nom du groupe). C’est l’histoire d’un sans-abri que j’ai rencontré à la gare de Göteborg. J’ai imaginé que peut-être, nous sommes tous un peu aveugles et que lui, avec ses tics nerveux et ses vêtements de bric et de broc, a réussi à casser le code et compris ce qui ne va pas avec notre société. Du coup, dans l’EP Circles, j’ai voulu pousser le travail d’écriture de chansons construites sur des analogies et des métaphores. Avec ce type de compos, il faut toujours faire attention à ne pas devenir mélodramatiques et prétentieuses, mais je voulais tout de même tenter le coup. “Circles” : nous entendons les voix intérieures du capitaine d’un navire. Il est pris dans la mère de toutes les tempêtes et son bateau est sur le point d’être disloqué. Dans un ultime effort, il essaye d’avertir l’équipage, mais il est projeté à la mer. Pendant qu’il flotte en regardant le ciel, il voit le perroquet du bateau qui vole en cercles de plus en plus haut. Je trouve que cette scène étrange évoque toutes les merdes qui nous tombent dessus et l’impression que nous naviguons dans une tempête perpétuelle. Les paroles de “Salesman” sont basées sur un autre personnage. Il peut vous convaincre de n’importe quoi, vous vendre n’importe quelle idée. Je le représente comme le terrible “Boogeyman”, avec un long manteau noir qu’il peut ouvrir en grand pour vous vendre toutes les conneries accrochées à l’intérieur.
Je pense à toutes les “fake news” qu’on voit et entend partout, Trump et toutes ces conneries. C’est comme si on avait planté des idées dans la tête des gens et qu’ils les acceptent sans jamais rien remettre en question : “Like yeast inside your head”.
J’ai écrit les paroles de “Drones” en voyant des nouvelles sur la situation au Moyen Orient. Il y avait la photo d’un type qui creusait désespérément dans une pile de débris à la recherche de ce qu’on supposait être son enfant. J’ai essayé de me représenter le sifflement dans les oreilles après un bombardement aérien. J’ai réalisé que le pire dans cette histoire, c’est que l’attaque était pilotée par un “drone operator” depuis un bureau lointain où le gars était allé se servir une tasse de café une fois sa mission accomplie. L’éventualité d’un tel scénario m’a bouleversé, et j’ai essayé de retranscrire cela sans trop verser dans l’apitoiement.
Enfin, l’idée pour “Kings & Queens” m’est venue en lisant un livre sur l’économie de la privatisation de différents services publics comme les maisons de retraite et les écoles. Je ne peux pas dire si c’est une politique de droite ou de gauche mais le livre racontait la vie des financiers qui spéculent là-dedans, depuis des territoires off-shore comme l’île de Jersey. Donc il y a ces costards cravates tristes qui possèdent une part substantielle du secteur public. On dirait qu’il font ça juste parce qu’ils y sont autorisés. Le livre m’a donné l’impression qu’ils sont installés sur cette île comme dans un vieux château fort isolé, d’où ils collectent l’argent des suédois avec une totale absence d’expression sur le visage.

Hank : Il y a une grosse scène Rock / Metal à Göteborg, est-ce que ça vous facilite les choses, en tant que musiciens ?
Johannes :
C’est vrai que la scène “musiques actuelles” est active, avec beaucoup de gens impliqués et une chouette communauté pour trouver de l’aide. Pour les concerts, c’est bien, mais j’ai l’impression qu’il y avait plus de lieux avant.

Hank : Pourquoi aimez-vous tant les insectes ? (rapport à tous les artwork du groupe)
Johannes:
J’ai acheté un appareil photo qui fait des zoom de malade et permet de faire de la macro photo. Je me suis mis à zoomer sur tout ce que je croise et j’ai constaté que les insectes en gros plan ressemble à des extra-terrestres. Pour le premier EP, nous adorions cette photo d’un “yellow ladybug” prise devant le Foro di Augustino à Rome. Pour le nouvel EP, nous avons choisi une photo du même insecte, mais pris de face. C’est pour ça : les insectes sont formidables !

Retrouvez Mr Tom sur Facebook : https://www.facebook.com/MrTomOfficial

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.