Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Musique par

WHISKY OR NOT WHISKY #16 / FRANZ FERDINAND

samedi 17 février 2018 - Commentaire : 0

Accueil » WHISKY OR NOT WHISKY #16 / FRANZ FERDINAND

Après cinq ans d’absence, le groupe britannique Franz Ferdinand revient avec un nouvel album aux accents de Dance Floor et de ballades aériennes : Always Ascending. La bande à Alex Krapanos s’éloigne en effet de la Pop classique qu’ils ont l’habitude de proposer pour définir une nouvelle esthétique musicale et une nouvelle identité au groupe. Quid de ce whisky écossais originaire de Glasgow, teinté de Rock et aux nuances électroniques ?…

Depuis Right Toughts, Right Words, Right Action – sorti en 2013 – le groupe Franz Ferdinand n’avait effectivement rien produit en son propre nom. La lassitude, et le “copié/collé” d’opus qui se répètent dans leurs sonorités, ont conduit le band à remettre en question leurs couleurs créatives et leurs compositions.

C’est ainsi qu’Alex Krapanos – leader du groupe – a fait appel à Philippe Zdar, plus habitué au milieu des clubs et du dee-jaying. La volonté d’Alex était claire : il fallait redonner un aspect novateur à la musique Pop de Franz Ferdinand. Pour votre information : Philippe Zdar est l’un des membres du duo Cassius, véritable pilier de la french touch aux côtés des Daft Punk ou encore de Laurent Garnier.

Les influences de Philippe Zdar se ressentent ainsi dès le premier morceau éponyme, grâce à son intro proche de la Tech-House. Mieux, la première piste se termine sur une envolée électronique qui n’a rien à envier aux leitmotiv que peuvent proposer les Daft (justement).

Sur près d’une quarantaine de minutes, et à travers dix morceaux, Always Ascending est un véritable album de Synth Pop en adéquation avec son temps. Un opus qui transcende le genre même de la Pop et des standards de Franz Ferdinand. Lazy Boy, le deuxième titre, vous rappellera la touche typique du groupe et ses succès tels que Take Me Out, tout comme Finally et Paper Cages (empreint de nuances proches du Rock Steady). Aux côtés de ces titres – plus classiques – nous rencontrons également une ballade amoureuse telle que The Academy Award. Enfin, les véritables moments de bravoure de cet album viennent des morceaux Huck And Jim et Feel The Love Go.

Huck and Jim, pour sa part, serait presque de l’ordre de l’expérimentation musicale de part ses nombreuses variations rythmiques au sein de la même piste : le morceau regorge effectivement de nombreuses ruptures et de variations de “pitch” au gré du texte chanté par Alex Krapanos. Quant à Feel The Love Go, il fait figure d’outro proche de la Techno qui entraîne l’auditeur sur de longues nappes dansantes.

Always Ascending est donc un pari réussi pour Franz Ferdinand. Au contraire de confrères tels que LCD Soundsystem (dont j’avais déjà fait une chronique dans cette rubrique), le groupe a su se renouveler sans pour autant oublier ses racines Rock’n’roll. Or, rares sont les musiciens qui savent se remettre en question tout en sachant plaire à un public averti (et conquis). Avec Always Ascending, votre album d’Electro-Pop aux pointes “funky” est tout trouvé en cet hiver morose.

J.M

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.