Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Cinéma / Série / Youtube par

WHISKY OR NOT WHISKY #23 / EN GUERRE

samedi 19 mai 2018 - Commentaire : 0

Accueil » WHISKY OR NOT WHISKY #23 / EN GUERRE

Sélectionné au Festival de Cannes, le film En Guerre de Stéphane Brizé est le 35 mm politique et “coup de gueule” de la compétition officielle. Après le bouleversant La loi du marché, le réalisateur revient avec un long métrage de combat et emprunt d’un militantisme brûlant. Tel un whisky corsé qui choque, En Guerre est de nouveau porté par un Vincent Lindon plus activiste que jamais. L’acteur, rodé aux rôles de personnages prolétaires, avait déjà remporté le Prix d’interprétation masculine pour sa prestation hors normes dans La loi du marché.

Malgré de lourds sacrifices financiers de la part des salariés et un bénéfice record de l’entreprise, la direction de l’usine Perrin Industrie – basée à Agen – décide néanmoins la fermeture totale d’un site qui officie dans la sous-traitance automobile. Accord bafoué, promesses non respectées, les 1100 salariés, emmenés par leur porte parole syndical Laurent Amédéo (Vincent Lindon), refusent cette décision brutale et vont tout tenter pour sauver leur emploi. Pendant près de trois mois, ils cessent complètement le travail en débrayant une grève illimitée. Leur objectif : rencontrer le PDG allemand de Dimke, la filiale mère qui possède Perrin Industrie. Pour se faire, les salariés ont le soutien de l’État français qui tente vainement de trouver des solutions à la résolution de ce conflit. Bien qu’une décision de justice soit entérinée (l’usine va fermer), Amédéo ne lâchera rien. De même, les salariés ne céderont pas à l’appât d’une prime mirobolante de licenciement qui pourrait les conduire à cesser la grève et à reprendre la production.

en guerre

Véritable réflexion sur le monde du travail (entamée dans La loi du marché), En guerre est un film profondément injuste qui vous donne la rage face aux constats navrants de notre monde libéral. Pendant qu’une poignée d’actionnaires se gave de dividendes sur le dos des salariés précaires, les ouvriers – toujours plus nombreux – n’ont de cesse de crever la gueule ouverte. La faute à qui ou plutôt à quoi ?

En guerre est une démonstration efficace et simple d’un phénomène pourtant omniprésent : le capitalisme tue et n’existe que pour diviser les plus pauvres. C’est bien là le propos que tient Stéphane Brizé derrière les luttes et le combat pour sauver des emplois.

Car plus le film avance, et plus Amédéo en vient (presque) à s’entretuer avec ses pairs dans des mésententes syndicales et intestines. Pendant ce temps, les plus riches atteignent leurs objectifs financiers au détriment d’une misère qu’ils installent. Le dialogue social reste impossible, et le long métrage nous fait part de l’écart immense qui se creuse entre les élites et le peuple. C’est un fait : ils ne parlent pas le même langage dans En guerre et ne parviennent pas à communiquer.

en guerre

En quelques mots : ce film est poignant et doté d’un ultra-réalisme bluffant. Il joue notamment avec sa diégèse filmique en semant le doute dans l’esprit d’un spectateur averti. Entre fausses images d’actualité et fiction politique, nous nous questionnons sur la véracité de ce que nous regardons.

Comprenez : En guerre est entrecoupé de nombreux sujets filmés derrière le prisme de BFM TV ou encore de France 2. Il en va de même pour les voix-off diégétiques qui sont celles des journalistes de France Inter. Les choses en deviennent d’autant plus troublantes ; Stéphane Brizé faisant appel à des acteurs non professionnels pour tourner ce film. Ainsi, ils sont nombreux et nombreuses à jouer leurs propres rôles d’ouvriers de la vie quotidienne. Certains sont de véritables militants de FO ou encore de la CGT.

en guerre

Vous comprendrez aisément que le réalisateur joue ainsi avec une actualité qui reste proche de nous. Derrière Perrin Industrie, ce sont bien les salariés de Arcelor Mittal, de Goodyear ou encore de Continental que vous voyez. Stéphane Brizé, quant à lui, dépeint avec brio la violence sociale de la “France à Macron”. Visionnaire, le réalisateur met en scène un futur proche. Nous y devinons l’avenir des cheminots, les méfaits de la sélection à l’université… Pire, nous pouvons y voir les conséquences engendrées par la casse du Service Public, voire par la réforme du Code du Travail…

C’est donc pour ces nombreuses raisons que je vous recommande chaudement En guerre. Ce long métrage ouvre nos yeux et nos esprits sur la construction d’un monde sordide qu’il nous faut combattre plus que jamais. A coup sûr, ce film éveillera en vous cet instinct de révolution permanente qui sommeille. Il vous donnera la haine nécessaire pour renverser l’ordre établi.

Mieux, En guerre laissera en vous une conviction profonde : les véritables héros ne sont pas ceux de la mythologie. A contrario, nos héros modernes sont solidaires et bien réels. Comme Amédéo, ils sont issus des classes populaires et se battent pour une idée majeure : la défense de la dignité humaine face au capitalisme puant.

J.M

En guerre de Stéphane Brizé (actuellement dans les salles)

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.