Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Musique par

Com Truise IV, le roi du synthé est de retour.

jeudi 23 mai 2019 - Commentaire : 0

Accueil » Com Truise IV, le roi du synthé est de retour.

Si Giorgio Moroder est considéré comme le roi du disco, nul doute que Com Truise peut briguer la place du roi de la synthwave. Il le prouve une nouvelle fois avec la sortie de son nouvel opus : Persuasion System.Replaçons les choses dans leur contexte. Com Truise a.k.a. Seth Haley fait partie de la vague de producteurs qui jouent avec les lettres. On a eu le droit à Diles Mavis, Mord Fustang et même un certain Ponty Mython. Forts de leurs jeux de mots et des fautes de frappes qui vont avec, ils ont tous marqué des points par une originalité certaine et un certain manque de profondeur. Heureusement, il en fallait un pour marquer véritablement les esprits et venir confirmer la règle : Com Truise.

Ancien directeur artistique de son état, il a tout plaqué pour aller élever des synthés dans un studio de Princeton. Un changement de parcours qui porte l’homme sur les devants de la scène en 2011 avec un premier LP : Galactic Melt. Les sonorités particulières du monsieur font de lui un véritable prête rétromaniaque des années 80 sans pour autant que ça ne sente le vieux. L’album fini de faire entrer Seth dans la cours des grands et il y restera.

On le retrouvera sur des dizaines de remixes allant de Daft Punk à Deadmau5 en passant par son confrère de Ghostly : Tycho ainsi que quelques petites releases dont on ne parlera pas pour cet article.

Deux ans après la sortie de Galactic Melt, Com nous revient avec In Decay. Un second LP qui termine de tracer les traits de son univers musical : le “mid-fi synth-wave, slow-motion funk”. Voilà pour le mot. On oublie donc ses collègues d’anagramme plutôt penchés sur des sons discos filtrés de fin d’après-midi ensoleillée pour boire un verre en terrasse. En véritable architecte, Seth penche plutôt du côté des LFO faits maisons. Il les étire au maximum pour obtenir ces nappes sonores qui rendent son style reconnaissable entre tous.

En 2017, il répète sa recette avec Iteration. On retrouve, une nouvelle fois, l’ambiance electrofunk des années 80 avec un petit côté Boards of Canada plus ou moins assumé. Le tout s’opère avec des sonorités assez froides et pourtant pleines de belles mélodies agréables. Iteration placera d’ailleurs définitivement l’homme derrière les synthés comme l’un des meilleurs représentants de cette synthwave qu’on nous sert aujourd’hui à toutes les sauces.Iteration qui est d’ailleurs le point de départ de ce nouvel album : Persuasion System. D’abord pensé comme une expérimentation, le nouvel album s’inscrit comme la suite logique du précédent. Ce coup-ci, la folle nostalgie machiniste de Seth le fait sortir de ses propres sentiers pour se tourner vers des machines plus nobles. Une quête du raffinement ultime pour ses morceaux avec une légère trace cosmique. Si Iteration voulait nous envoyer dans l’espace, Persuasion System veut nous montrer que c’est joli là-haut.

Comme pour les précédents albums, tout commence dans une vague synthétique qui pourrait sembler de mauvais augure, mais on comprend très vite qu’on est entre les mains d’un bon pilote. Un mec sympa qui va, dès le début de l’album, nous conduire directement dans son nouveau palais sonique spatial. Tout l’album se veut comme un voyage dans l’espace des internets. Les mélodies numériques contrastent avec la lourde ambiance qui se dégage de certains morceaux. Un mélange qui fait que la magie de cet album opère rapidement et on se perd très vite dans cet univers que l’on pense connaître. Oui Com Truise fait du Com Truise. Si ces morceaux peuvent n’avoir que l’aspect d’une itération d’un autre morceau, cet album vient transcender ce carcan et on se retrouve en face de véritables pièces uniques.Côté mentions spéciales, on retiendra deux morceaux sur cet album.  Le premier : Kontex qui représente à lui tout seul l’ambiance de l’album et peut être du style Com Truise avec piano écrasé par des synthés eux mêmes noyés dans une basse acide avant un climat aussi ponctuel qu’une erreur d’OS. Et, le second, Gaussian avec ces nappes lentes voire lancinantes.

Au final, ce quatrième LP de Com Truise se veut un brin plus accessible avec une construction plus fluide aussi bien au niveau de l’album que de certains des titres. La quadralogie entamée en 2011 est peut être finie, mais il ne fait nul doute que la quête de Seth n’est pas terminée et qu’on le retrouvera à nouveau d’ici quelques années. *

Persuasion System by Com Truise

Pour le moment, on ne peut que vous recommander d’aller jeter une oreille à cet opus et de vous laisser séduire par l’univers d’un internet dont l’immensité résonne avec l’onirisme. C’est majestueux et ça vient de sortir chez Ghostly. Bisous.

* les plus attentifs auront remarqué le 2 qui s’est glissé dans l’URL finale de Bandcamp. Peut-on rêver à des B-Sides et autres Unreleased dans les prochains mois?

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.