Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Musique, Pépite du jour par

Surfin’ Fuzz, cette pépite signée Red Eagle’s Noise

lundi 20 avril 2020 - Commentaire : 0

Accueil » Surfin’ Fuzz, cette pépite signée Red Eagle’s Noise

Surfin’ Fuzz, une version sous acid et toute en puissance du surf rock des Beach Boys vue par les membres de Red Eagle’s Noise.

J’aurai clairement pu titrer, Surfin’ Fuzz, cette pépite signée par mon voisin, mais j’ai pas osé. Il faut pourtant l’avouer, en cette période de Covid et de confinement plus ou moins respectée, tout le monde découvre de nouvelles façons d’échanger. De mon côté, j’ai découvert que mes voisins avaient des goûts sympathiques en matière de musique. Grosses guitares saturées, violence maîtrisée et un goût certain pour le Stoner Rock.

J’avoue que je ne maîtrisais pas trop cette notion, mais on a tous le temps de découvrir de nouvelles choses. Du coup, le stoner – selon Ô Grand Wikipedia – c’est un du rock qui se caractérise par des rythmiques hypnotiques, simples et répétitives et une production « rétro ».

Quand j’ai découvert ça, j’ai tout de suite compris de quoi il retournait avec Red Eagle’s Noise et sa lourdeur. Entre les orages de la semaine dernière, la lourdeur de leur musique sonnait parfaitement bien. Les craquements du ciel se retrouvent dans mes oreilles et, j’avoue que c’est le genre de truc qui dresse les poils.

S’il y avait de la fumée sur l’eau du côté de Montreux, aujourd’hui, du côté d’Evreux, il pleut du feu avec le dernier opus du groupe. Un Fire Rain tout en puissance et lourdeur, mais avec une petit touche de volupté qui permet au groupe de sortir un gros stoner qui tâche, mais aussi un blues qui fait du bien. Des genres différents mais un amour fou pour la guitare. 6 cordes en hyper tension et un besoin pour un traitement non homologué. Red Eagle’s Noise, ça fait du bien. Point.

Si l’EP se balade partout, il y a un son qui fait s’envoler le café et tomber le plafond : Surfin’ Fuzz. Une version sous acide des Beach Boys avec un riff de guitare qui glisse tout seul tout du long du morceau. Basse et batterie se rejoignent pour former un courant ascendant sur lequel on s’envole non sans plaisir. S’il faut de la modération pour certaines substances, avec ce son on peut l’oublier. C’est lourd et puissant et ça brise le confinement. Alors, que demande le peuple ?

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.