Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Cinéma / Série / Youtube / Podcast par

The Craft : Les Nouvelles Sorcières de Zoe Lister Jones magie au rabais…

samedi 7 novembre 2020 - Commentaire : 0

Accueil » The Craft : Les Nouvelles Sorcières de Zoe Lister Jones magie au rabais…

Durant ce second confinement, vous aurez certainement le temps de mater des films en streaming ou d’une autre façon, car ce ne sera pas au cinéma. Et au cinéma est sorti (au mauvais moment) la suite d’un film qui au fil des années a acquis son petit statut de film culte. Ce film c’était the Craft (Dangereuse Alliance en France)

il est vrai qu’il y a 25 ans lors de sa sortie, ce petit film avec des petites sorcières en herbe dont l’une fini par complètement se barrer en couilles, fit son petit effet.  Le quatuor de jeunes actrices était fabuleux et attachant, le film marquait les débuts de Neve Campbell, Rachel True, Robin Tunney et faisait la lumière sur une jeune comédienne pourtant déjà vétérane du 7 ème art la fabuleuse Fairuza Balk qui campait Nancy une ado rebelle qui allait devenir une puissante sorcière un peu trop obsédée par le côté obscure de la magie.

the craft

Cette suite qui sert aussi de reboot à la franchise inconnue des mômes actuels ne suit malheureusement pas les aventures de celles qui sont certainement pour la plupart devenus des femmes au foyer bien rangées, ou les mésaventures de Nancy qui aurait pu s’échapper de l’asile où elle fut internée 25 années plus tôt. Cette fois çi nous suivons les mésaventures de Lily, une adolescente solitaire dont la vie change quand sa mère, Helen, décide d’emménager avec son petit ami, Adam. Néanmoins, le comportement étrange d’Adam, ainsi que le harcèlement dont elle est victime au lycée, ne vont pas faciliter les choses. à part peu être sa rencontre avec trois adolescentes adepte de sorcellerie.

the craft

Ce The Craft 2 pourrait passer pour un simple remake, mais parvient a contourner certains éléments de redite et a exister par lui même tout en gardant des éléments se référençant évidement beaucoup au précédent. Si the Craft 2 est sympathique à regarder au même titre que le premier, il n’en a pas le panache et surtout n’est pas porté par un quatuor aussi mémorable que celui des 90’s. Bien les actrices se débrouillent parfaitement, leurs personnages restent assez terne hormis peu être la petite Lily (Cailee Spaeny) qui est la véritable héroïne et le point central du film Il est évident que le phénomène #metoo (à mon sens un bienfait quoi qu’en pense certains Proud Boys refoulés) est passé par là et influence évidement le scenario. Malheureusement la façon dont le propos est amené est assez pataude et rue avec peu de finesse dans les brancards du masculinisme. Entre les ados aussi macho qu’un Neandertal en rut, les références à Carrie au travers des menstruations de l’héroïne ayant fuitées en pleine salle de classe et le personnage de beau père coach comportemental ultra misogyne campé par un David Duchovny qui en vieillissant ressemble de plus en plus a un Babibel oublié au soleil (ne vous méprenez pas j’adore Duchovny, mais là on sent vraiment qu’il est là pour payer ses impôts ou peu être du botox et je ne suis pas partisan de ces pratiques esthétisantes).

Alors oui le film se regarde, mais franchement bien que bien emballé cette production Blumhouse (la majeur partie des productions fantastique et horreur actuel pour ado ce sont eux, et c’est souvent plus pour le pire que pour le meilleur) n’aurait pour le coup et à la différence de beaucoup d’excellents petits films qui sortent en DTV (direct to vidéo) de sortir en DTV plutôt qu’au ciné. Ce film au final ne sert qu’à relancer timidement une franchise qui pourrait à mon avis bien mieux faire. Et franchement seul un élément de la fin du film m’a réellement réjoui et pourrait donner un excellent troisième opus.

the craft

Une suite évidemment opportuniste, qui recèle pourtant de certains bons passages, mais qui avouons le vous en toucheront une sans bouger l’antre. Désolé pour cette expression typiquement masculine, mais c’est ce que cela m’a fait. Le seul, peut être, serait de faire connaitre la franchise et surtout le film d’origine aux ados de maintenant. Il n’honore pas vraiment cette belle fête (bien moins mercantile que Noël) d’Halloween.

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.