Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Musique par

Pour te secouer le bas des reins et dodeliner de la tête, oublie « La danse des canards » et file écouter le dernier album des SLEAFORD MODS

jeudi 25 février 2021 - Commentaire : 0

Accueil » Pour te secouer le bas des reins et dodeliner de la tête, oublie « La danse des canards » et file écouter le dernier album des SLEAFORD MODS

SLEAFORD MODS, le duo de Nottingham, composé de Jason Williamson à la plume et au flow acérés et d’Andrew Fearn derrière son PC (sans oublier sa canette de bière toujours à la main), sort un nouvel album, « Spare Ribs ». Belle surprise, on a le droit à un disque hybride qui associe (réconcilie ?) brillamment Post Punk et Electro et c’est plutôt réjouissant.

Depuis leurs débuts en 2013, les SLEAFORD MODS jouissent d’une belle réputation à la fois critique et publique. Aussi incomparables qu’atypiques, ils n’en demeurent pas moins sincères dans leur approche. Leur musique n’a cessé d’évoluer passant d’un Hip Hop / Post Punk rageur vers une dominante plus électro sans pour autant sacrifier les textes cyniques et engagés, témoins du quotidien de la « classe laborieuse » et de la situation politico-économique anglaise. Même si la musique ne l’exprime pas de manière explicite, l’état d’esprit est résolument Punk (ce n’est pas un hasard si les deux lascars sont potes avec les Franciliens de l’écurie Born Bad Record FRUSTRATION, dont ils ont assuré d’ailleurs la première partie lors d’un concert parisien intense. Jason Williamson a d’ailleurs participé aux sessions d’enregistrement du dernier album).

A l’écoute des 13 titres de « Spare Ribs », l’auditeur habitué ne se sent pas égaré : cela reste du SLEAFORD MODS et du très bon ! Des beats excellents, des lignes de basse tendues, profondes et entraînantes, des textes toujours aussi affirmés. Notons tout de même que le chant est pourtant moins crié qu’auparavant, davantage posé. Jason Williamson a certainement souhaité injecter davantage de mélodie dans son flow qui, sans être dénaturé, reste immédiatement reconnaissable.

Déjà ouverts à des collaborations (avec THE PRODIGY par exemple), les SLEAFORD MODS ont invité deux artistes sur cet album : Amyl Taylor (d’AMYL AND THE SNIFFERS), qui chante sur « Nudge It » et Billy Nomates qui assure les cœurs sur l’hypnotique « Mork N Mindy » (mon morceau préféré de l’album avec « All Day Tick » et son beat très techno).

Extrait : « Mork N Mindy »

Extrait : « All Day Ticket »

 

Les deux compères désormais quinquagénaires ont-ils signé l’album dit « de la maturité » ? Je ne sais pas, mais celui-ci reste viscéralement engagé. Il a gagné en musicalité (ce qui n’est pas pour déplaire) tout en restant fidèle à ses racines Post Punk grâce à des lignes de basse ciselées et toujours aussi enlevées et dansantes qui ne sont pas sans rappeler certaines des premières compositions du groupe, comme sur « Thick Ear » par exemple.

Extrait : “Thick Ear”

Bref, 2021 commence bien, au moins d’un point de vue musical, avec cet excellent album du duo qui livre ici une production impeccable et des chansons imparables. Il rentre directement dans mon Top 3 parmi leur discographie. Hâte de les revoir en concert du coup !

En attendant, pose ton casque sur tes oreilles, envoie du son et file t’enjailler sur les beats des SLEAFORD MODS !

PLAY IT LOUD AND ENJOY!

Pour te secouer le bas des reins et dodeliner de la tête, oublie « La danse des canards » et file écouter le dernier album des SLEAFORD MODS

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.