Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Musique par

La pépite du jour, c’est Vesper de Nelson Beer

vendredi 21 mai 2021 - Commentaire : 0

Accueil » La pépite du jour, c’est Vesper de Nelson Beer

Après la réouverture des terrasses, vous reprendrez bien un peu de Beer avec un “B” Majuscule et son dernier titre :Vesper

Ouai, avec un nom comme ça, j’ai tout de suite eu envie de faire le parallèle avec la hausse de la fréquentation des terrasses de ces dernières journées. D’un seul coup, tout le monde a retrouvé la bonne route en sortant du bureau. La petite pause douceur de 18h. Un moment de partage qui semble avoir été interdit depuis des siècles.

Ce matin, pas de bière, mais toujours autant de douceur puisqu’on part en musique avec Nelson Beer. Un artiste originaire du pays du chocolat qui a grandi entre les bancs d’écoles helvétiques, américaines ou françaises Un audacieux mélange qui a peut être aidé à tracer les lignes de son univers sonore si singulier. Certains se sont déjà laissé dire qu’il tentait de redéfinir les genres musicaux. Entre pop, drone et autres délires initiés, Nelson Beer est juste un OVNI. Intègre dans la désintégration, il s’amuse largement des codes pour proposer une expérience sonore dont il a le secret. Sa musique ne répond qu’à une chose : la promesse d’une évasion sonore. C’est simple, c’est le genre d’artiste que tu réécoutes toujours plus pour comprendre la musique. C’est, au final, un peu le Lorn en VF.

Briser les codes n’est peut-être pas son truc, mais en tout cas ce titre Vesper vient casser la réalité. Il nous pose dans une certaine liminarité. Coincé entre deux réalités, il fait le lien avec une pop sans genre. Une musique qui joue sur la corde de l’hypnose pour nous poser dans cet espace frontière qu’une intelligence artificielle a créée pour illustrer ce clip. Titré de son dernier opus Orlando, Vesper vient faire le lien. Ça provoque des changements. On est séparé pour réincorporé en cinq minutes à peine.

À la croisée de la nuit et du jour, le titre s’impose à nous, ce matin, comme le porteur de l’aube. Le soleil est à peine levé qu’on est prêt à repartir. Attention cela dit, celui qui s’endort là-dessus, n’a strictement rien compris et pourrait y perdre un genou. Bisou. Caillou.

 

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.