Friday, July 1, 2022

REWIND. Il y a 36 ans, METALLICA sortait l’énorme Master Of Puppets.

Petit rappel, METALLICA est un quatuor qui a été fondé en 1981 en Californie. Aujourd’hui, il est composé de James Hetfield (guitare/chant), Kirk Hammet (guitare), Lars Ulrich (batterie) et Robert Trujillo (basse, ex SUICIDAL TENDENCIES). Le groupe, fort d’une discographie riche de 10 albums studios, fer de lance du mouvement Thrash Metal au début des années 80 et membre du fameux Big Four aux côtés de SLAYER, ANTHRAX et MEGADETH, est connu mondialement, ne serait-ce que par leur Black Album (leur Highway to Hell à eux …). Pour autant, leur troisième opus, Master Of Puppets, qui souffle ses 36 bougies, reste dans le cœur des fans à plusieurs titres : l’album contient des titres devenus légendaires, la structure des compositions est pour le moins excellente, la présence et l’apport mélodique indéniable du bassiste originel Cliff Burton (qui décèdera lors d’un accident de la route durant la tournée de l’album), les textes profonds bien au-dessus de la moyenne.

Pour tout cela, Master Of Puppets restera gravé dans les mémoires comme un album de grande classe et, pour beaucoup, comme le meilleur album de METALLICA.

Master Of Puppets

Master Of Puppets sort en 1986 et devient l’un des meilleurs albums Thrash de l’histoire

La pochette, signée par Don Brautigam, nous met directement dans l’ambiance avec une vision d’un cimetière militaire où les pierres tombales sont manipulées avec des fils, comme des marionnettes. L’artwork donne donc le LA de l’album quant aux thématiques qui seront évoquées : manipulation, guerre, folie … (2022 avant l’heure).

L’album Master Of Puppets se structure autour de 8 titres d’une durée assez longue pour le genre et l’époque, entre 5 et plus de 8 minutes.

Battery ouvre le disque par une intro monstrueuse avant d’enchaîner sur un riff super speed de Thrash sauvage qui pose la dynamique de l’ensemble de l’album. L’une des meilleures ouvertures d’albums de Metal que j’ai pu écouter (avec Hell Awaits, titre éponyme du 2ème album de SLAYER).

Master Of Puppets enchaîne et propose des breaks géniaux et puissants (le fameux interlude et sa structure à tiroirs, comme One sur l’album suivant : And Justice For All). Le titre devient dans la foulée un classique du groupe et une référence ultime du Metal. Qui n’a jamais repris Master ! Master ! sous sa douche ou en concert ? Ce morceau est à mon sens juste la quintessence de METALLICA.

The Thing That Should Not Be prend la suite et impose un rythme plus mid-tempo, progressif, lourd voire inquiétant. Bien que plus lent dans l’ensemble, on s’en briserait la nuque …

Welcome Home (Sanitarium) arrive comme une pause avec un démarrage en forme de ballade qui s’étend sur près de la moitié du morceau. La seconde partie redémarre sur un jeu plus véloce et enlevé.

Disposable Heroes la « balade » s’achève et on revient aux fondamentaux bien Thrash gorgés à la pédale wah wah. La science du riff de James Hetflied nous embarque une nouvelle fois avec des enchaînements rythmiques de haute volée et des soli qui envoient du bois. Ce morceau est à mon sens sous-coté et pourtant tout y est. L’une des meilleures chansons de l’album.

Leper Messiah est un faible répit. Le morceau démarre sur un rythme martial mid-tempo porté par la basse bien lourde de Cliff Burton qui nous invite au headbanging. Pas nécessairement l’un des meilleurs titres de l’album mais l’un de mes préférés du groupe.

Orion est un magnifique instrumental largement dû à la patte de Cliff Burton et offre un moment de pure évasion. Ce morceau relève du génie dans sa composition et, force est de constater, que le groupe n’a jamais pu revenir à ce niveau de composition dans ses instrumentaux. Merci Cliff Burton pour le solo de basse en plein milieu !

Damage Inc achève l’album. Le début du titre se veut assez éthéré et progressif avant de revenir sur un riff des plus violents et un solo hyper speed qui ne sont pas sans rappeler la période Ride The Lightning (le deuxième album du groupe).

En résumé.

Avec Master Of Puppets, METALLICA a signé une œuvre incroyablement technique et massive qui en fait le deuxième album de Metal de tous les temps (juste derrière Reign In Blood de SLAYER, selon mon classement ;-)) et certainement le meilleur de sa discographie (avec And Justice For All).

Bref, peu importe les classements, il ne faut pas bouder son plaisir. L’album, salué par les fans et la critique, sera couronné par un disque d’or. En 1986, un groupe de Thrash Metal capable de satisfaire sa base fans et réussir commercialement était rare, voire unique.

Master Of Puppets marque aussi un virage suite au décès de son bassiste Cliff Burton (qui sera remplacé par Jason Newsted) car il était omniprésent dans les compositions de METALLICA depuis les débuts (écoutez Anesthesia Pulling Teeth sur le premier album Kill’Em All). Il apportait une touche mélodique aussi singulière qu’incroyable et (co-)composait certains titres. Damage Inc fut le dernier.

Un album incontournable d’un groupe incontournable.

PLAY IT LOUD!

Show More
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.