Tuesday, July 5, 2022

Il fait beau et le Hellfest va ouvrir ses portes. On te propose l’abécédaire du Metal pour être incollable en soirée.

Dans cet Abécédaire du metal, on va parler de musique (bien sûr) au travers de groupes plus ou moins connus en provenance principalement des US et d’Europe, avec des extraits live (autant que possible), à l’appui.

Alternatif. Et ouais, le Metal ne se résume pas qu’aux populaires METALLICA et le mouvement est au contraire animé par des sous-genres moins mainstream, mais pour autant pas moins dépourvus de talent, d’originalité et d’énergie ! Citons le Death Metal, le Doom Death, le Funeral Doom, le Black Metal, le Grindcore, le Neo Metal, le Brutal Death Metal, le Metal Neo Classique ou encore le Folk Metal (ça existe vraiment) … J’en passe.

BC RICH. On va rapidement évoquer le matos. BC RICH est LA marque de guitares ultime des (Death) Metalleux glorifiée par le guitariste génial et virtuose Chuck Shuldiner, fondateur du groupe DEATH. La marque s’était éteinte il y a quelques années mais a été relancée avec succès et ça, c’est une putain de bonne nouvelle ! Notons aussi la forte présence dans le genre des marques JACKSON et ESP.

CANNIBAL CORPSE. Issu de Buffalo, le groupe joue une musique brutale, technique et sonne comme la bande originale d’un film d’horreur. La musique et les textes sont violents (c’est un euphémisme) et pour autant il n’y a pas plus sympas qu’eux dans le milieu. CANNIBAL CORPSE force le respect de par sa longévité, sa capacité à évoluer dans un style qui ne s’y prête pas forcément. Leurs morceaux mid-tempo sont souvent les meilleurs.

Extrait : Scourge Of Iron 

DEATH. Comme le nom l’indique, il s’agit du groupe qui a fondé (avec POSSESSED) le genre Death Metal. Ça speed velu mais cela reste très mélodique et inattendu grâce à des breaks brillants, dus au talent de composition de Chuck Shuldiner. DEATH a montré le chemin à presque tous les groupes que tu découvriras ici.

Extrait : Pull The Plug

ENTOMBED. Groupe mythique suédois qui, en deux albums phénoménaux, aura durablement marqué le Death Metal Old School des années 90. En résumé : tous les potards à fond.

Extrait : Blessed Be

Fans. Que serait le Metal sans ses fans chevelus (ou moins maintenant) ? Naturellement, ça sent bon la bière et la sueur pendant et après un concert. Néanmoins, les fans de Metal (dont votre serviteur) soutiennent mordicus les groupes qu’ils suivent. Ça envoie du steak en fosse mais toujours dans un état d’esprit irréprochable, solidaire et plutôt cool (je n’ai jamais vu de bagarre dans un concert de Metal).

Growls. Si tu es fan de voix claires, brillantes et lumineuses à la Thom Yorke (que j’aime beaucoup), c’est exactement l’inverse ici. Le growl se caractérise davantage par des grognements, très présents dans le Death et le Doom. Les cris stridents quant à eux sont davantage une caractéristique du Black Metal.

HM-2W. Sous cet acronyme, il s’agit de LA pédale de distorsion légendaire de la marque Boss (pas la marque de fringues, l’autre). Souvent imitée, elle n’a jamais été égalée. Son « timbre tronçonneuse », avec tous les boutons tournés à fond, a sculpté le son du Death Metal suédois (et nordique) joué par des formations des années 90 comme ENTOMBED, UNLEASHED ou encore DISMEMBER.

INCANTATION. Bien connu des fans de Death Metal et pas du tout du grand public, le groupe avec 9 albums produits en 30 ans de carrière a été l’un des premiers à créer la convergence entre le Death et le Doom de façon intéressante et originale. Un excellent groupe qui reste encore sous-coté malgré la qualité indéniable de sa musique et de la quasi-intégralité de ses albums.

Extrait Obselik Reflection

JUNGLE ROT. Fer de lance du Death Metal américain plutôt old school. Le groupe, bien ancré dans le paysage Death Metal a réalisé 11 albums en 30 ans de carrière et reste, avec les Anglais de BOLTHROWER, la formation la plus impliquée dans des textes à évocation martiale et/ou guerrière. Du Death Metal bien groovy aux riffs accrocheurs. Culte malgré le manque de reconnaissance que l’on peut regretter.

Extrait Worst Case Scenario / Gasping For Air

KREATOR. L’un des meilleurs groupes allemands ever et plutôt orienté sur du Speed/Thrash Metal a démarré sa carrière au début des années 80. KREATOR a constitué une vraie influence dans le Death Metal même si le chant ne se veut pas guttural.

Extrait : Under The Guillotine

LOUDBLAST. Cocorico ! Voici l’un des rares groupes de Death Metal français (originaire de Lille) à avoir réussi à l’international ! L’un de ses albums (Disincarnate en 1991) a même été réalisé au sein des légendaires Morrisound Studios, basés en Floride, sous la houlette du talentueux producteur Scott Burns et reste, à mon sens, leur meilleure réalisation. 

Extrait : Disquieting Beliefs

MAYHEM. Groupe de Black Metal norvégien complètement barré et chaotique bien connu pour sa violence verbale, physique et scénique. Ces gars sont vraiment tarés …

Extrait : Freezing Moon

NAPALM DEATH. Ces Anglais originaires de Birmingham sont juste increvables et les véritables porte-drapeaux du mouvement Grindcore depuis plus de 30 ans et avec une cinquantaine d’enregistrements en studio (EP et LP). A noter que NAPALM DEATH est aussi un excellent groupe de reprises de classiques Rock, Noise et Punk.

Extrait : Unfit Earth

OBITUARY. Ahhhhh … OBITUARY. Cultissime groupe Death de Floride (qui, d’ailleurs, mériterait une chronique dédiée pour l’ensemble de son œuvre). Une signature musicale et vocale reconnaissable immédiatement, au moins trois albums incroyables. Ils sont juste énormes même après plus de 30 ans de carrière (ils passeront à Paris, à l’Olympia, en février 2023).

Extrait : Slowly We Rot

PARADISE LOST. Le groupe a contribué à populariser le Doom en injectant beaucoup de mélodies dans sa musique originellement marquée par le Death Metal. Avec son album Gothic, devenu un classique, PARADISE LOST a démontré qu’il était possible de sortir des sentiers usuels du Doom sans se renier.

Extrait : Dead Emotion

QUEENSRYCHE. Considéré à juste titre comme les pionniers du Metal progressif, les Américains ont démarré au début des années 80 et se sont montrés novateurs à l’époque mixant Heavy Metal (un peu à la IRON MAIDEN) et le rock classique progressif (YES).

Extrait : Eye Of A Stranger

REPULSION. Accueillant, n’est-ce pas ? Il s’agit, avec NAPALM DEATH, de l’un des tout premiers groupes de Grindcore apparu dans le milieu des années 80. Inutile de préciser que ça bastonne en mode hardcore.

SLAYER. Arf … Ils ont arrêté au bon moment. Mais comment évoquer le Metal sans évoquer SLAYER ? Ce groupe a sorti le meilleur album de Thrash Metal de tous les temps avec Reign In Blood en 1986 (juste devant le non moins excellent Master Of Puppets de METALLICA) et ouvert la voie au Metal extrême.

Extrait : Raining Blood

TERRORIZER. Comme le nom du groupe l’indique, les zicos ne sont pas là pour faire des balades au goût de guimauve. Leur mix Grindcore / Death envoie du pâté sévère. Pas étonnant quand on sait que les membres du groupe ont exercé auparavant au sein de NAPALM DEATH et de MORBID ANGEL.

Extrait : Hordes Of Zombies

UNDERGANG. En provenance du Danemark, j’avoue que j’adore ce groupe. Il a la particularité de chanter en Danois (on n’y comprend donc rien mais ce n’est pas grave) et propose un Death Metal plutôt d’obédience old school, bien lourd et gras. Les growls sont également bien graves.

Extrait : Kronisk Betændelse I Tarmene

VADER. Comme quoi la Pologne arrive à proposer autre chose que la Vodka. D’ailleurs sur tu veux en rajouter un peu dans le Death Metal « thrashisant » de VADER, n’hésite pas !

Extrait : Triumph Of Death

WORM. Groupe à part selon moi car évoluant au gré des années et des albums entre Death, Doom et Metal atmosphérique. Une belle pépite qui mérite de jeter une oreille curieuse et pour une fois qu’il y a des synthés …

X-BOX MURDER. Groupe ukrainien inactif depuis une dizaine d’années. Peu de chose à dire, il fallait que je trouve un X.

YNGWIE MALMSTEEN. Ce Suédois est juste un phénomène, un virtuose de la guitare qui a popularisé le Metal Neo Classique et le shred (en gros : jouer vite). Le mec enfile plus vite les notes que j’enfile les perles … Bref, YNGWIE MALMSTEEN est vraiment un MOZART de la guitare.

Extrait : Rising Force  

ZAAG. On finit avec ce groupe originaire de Rotterdam qui aura en l’espace d’une année, en 1989, été créé, réalisé un album et splitté. Depuis, ils auraient fondé ZIG. Non je déconne.

Te voici près pour aller t’enjailler au Hellfest !

Show More
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.