Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Graphisme / Street art par

Le tatouage #2 Définir mon projet

samedi 1 août 2015 - Commentaire : 0

Accueil » Le tatouage #2 Définir mon projet

Dès lors que la décision de se faire tatouer est prise, la seule limite au choix du dessin, c’est ton imagination. Les techniques, les couleurs et les pratiques ont tellement évolué qu’il est possible de se faire dessiner à peu près n’importe quoi sur la peau. Une carpe Koï, le lion Cecil, le Taj Mahal, le nom de ta mère, le portrait de Johnny Cash, la pochette du dernier album d’Orange Goblin, la Vierge Marie, Les Demoiselles d’Avignon…tout est possible. Tu décides en fonction de tes goûts et de ce que tu es prêt à assumer. Car même si tu es hermétique à ce que disent les autres, ton tatouage enverra un message. Ce message sera plus ou moins crypté, mais au-delà des gens qui trouvent ça con ou cool de se faire tatouer, ceux qui le regarderont en penseront quelque chose, et ce quelque chose reflètera ce que tu es. Parce que, à un moment, tu auras demandé à un tatoueur de te faire ce dessin sur la peau. Tu me suis? pas besoin d’épiloguer alors…tu as saisi le sens général de l’intro!

Alors je reviens à mon cas personnel, puisque cette série, je te le rappelle, raconte mon parcours de puceau du tatouage. Je te renvoie vers la première partie de mon périple au cas où tu l’aurais pas encore lue.

Qu’est-ce que j’ai envie d’avoir sur la peau? Je regarde plus en détail ce que fait Sailor Roman. Puisque c’est lui que j’ai choisi, imaginons un projet qui cadre avec sa spécialité.
Sur son site, il y a deux tattoo qui me font particulièrement flasher. Le premier est un paysage tropical pris dans un demi-cercle en cordage. tatouage sailor romanUne montagne, les vagues, la végétation….ça me fait penser à une photo que j’ai prise en Thaïlande, à Ko Jum (une île au sud de Krabi, en face de l’archipel de Ko Phi Phi). Sur ma photo il y a la plage, la bande de forêt tropicale et une volcan éteint en arrière plan. Avec un soleil de carte postale sur la mer…ça pourrait être une idée.
Ou sinon, pour rester sur du marin, il y a aussi de très belles photos que j’ai prises à Fjallbacka. C’est en Suède, le village où Camilia Lackberg situe les aventures de ses romans et où elle est censée habiter. Le petit port de pêche est dominé par un rocher de granit rose (immense, y a même des arbres et un étang au sommet). Avec la mer, des iles partout, des maisons en bois… J’ai choisi un tatoueur qui fait dans le dessin marin, donc par la force des choses, je m’oriente vers des sujets marins. Et ça tombe bien, parce qu’il y a plusieurs idées qui me plaisent…

Et là, l’idée jaillit comme une évidence. Miyajima. Là on touche au sublime. C’est une île sanctuaire qui se trouve dans la Mer Intérieure, en face de la ville d’Hiroshima. Le panorama est célèbre pour son torii géant planté dans la baie. L’île est sacrée, on n’a pas le droit d’y naître, d’y mourir, d’y couper les arbres ni de tuer les animaux. Il y a des daims en liberté partout et des singes dans la montagne. C’est un paysage envoutant, parce que tu as toute cette mer, des plages immenses, et pas un plaisancier, personne qui se baigne, pas un cri, pas un bruit. Juste le silence et la beauté

Je ne me fixe pas encore sur Miyajima, mais le trip Japon me dit bien. J’y ai passé dix jours en 2009 et je suis revenu transformé. Je ne serais pas malheureux d’en porter une trace en permanence. Et il y a matière à faire quelque chose qui ne soit pas une photographie fidèle, mais un concept, avec un peu de vécu et un peu de symbolique. Le sujet s’y prête plutôt bien.

Le deuxième tattoo exécuté par Roman qui me branche est un panorama dessiné sur le revers de l’avant bras….

tatouage sailor roman

Puisque je suis parti sur le Japon, j’essaye d’imaginer le paysage japonais qui irait bien. Je pense à l’Oku-No-In. C’est un cimetière sacré situé à Koya San, le berceau du bouddhisme japonais. On y dénombre plus de 200 000 sépultures, dont des très très vieilles. Déjà c’est magique, mais en plus le sanctuaire se trouve au milieu d’une forêt d’immenses séquoias qui donnent à l’endroit une luminosité particulière. On traverse le site sur un petit chemin de pierre. C’est magique… Je pense aussi à d’autres paysages qui se prêteraient bien à l’exercice. En Scandinavie? En Cévennes? L’idée me dit bien. Je garde les deux projets en réserve, mais avec une préférence pour le tattoo ovale. J’adore l’avant-bras, mais je préfère me garder l’espace libre pour un autre projet (oui, le premier n’est pas encore fait mais je réfléchis déjà à celui d’après).

Voila, je crois que je tiens le concept, l’idée force, la ligne directrice. Je décide de ne pas aller plus loin dans le projet. Je veux garder un peu de fraîcheur, un peu d’imprévu. Je ne sais pas comment Roman envisage le projet. Veut-il que je vienne avec une idée aboutie ou bien préfère-t-il partir d’une idée et y appliquer sa patte pour donner quelque chose d’unique. Je veux supposer que oui. J’ai rendez-vous avec lui dans quelques jours, on verra bien…(à suivre).

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.