Saturday, September 25, 2021

Métaphysique du rock #1 Introduction

De quoi est-il question lorsque l’on évoque la musique du diable ?
Qu’est-ce qui unit ces gens n’ayant rien en commun sous une même bannière ?

Il est amusant de constater comment une passion commune peut être la source de débats houleux. Prenez deux passionnés de ladite musique. Il peut advenir que ces deux gus n’aient jamais acheté un album identique (l’équivalent moderne est de ne trouver aucun morceau en commun dans leur playlist). Dans le fond peu importe, chacun sa paroisse. Après tout, il est possible d’encenser Chuck Berry et de ne pas se retrouver dans les morceaux de Radiohead, d’aduler les Buzzcocks et trouver les Beatles barbants. On peut même pousser le truc : on aime le Dylan d’avant 1966, Bowie n’a pas fait mieux que Ziggy Stardust, etc.

Concrètement, quand on dit qu’on aime le rock, on ne dit pas grand chose. Et pour cause. Le rock est multiple par essence. Avancer que l’on aime ce genre musical, c’est indiquer que nos goûts sont une nébuleuse. En invoquant simplement le mot « rock », on oriente la pensée sans la définir. La réponse apporte davantage d’interrogations.

Bon dieu, qu’est-ce que le rock ?

Ce qui est certain, c’est qu’on ne peut le restreindre à un style vestimentaire, une attitude ou même à une constante musicale. Finalement, le rock ce n’est peut-être rien d’autre que le cri du cœur. C’est le ralliement de ceux qui veulent s’exprimer, sans pour autant toujours avoir quelque chose à dire. Le rock c’est simplement dire au monde « j’existe ».

L’idée avec cette métaphysique du rock est d’évoquer des thématiques et des artistes d’hier comme d’aujourd’hui qui contribuent à l’histoire du genre. À suivre !

Show More

2 Comments

  • Klimperei

    Dire qu’on aime le Rock, c’est aussi dire sans le dire qu’on n’aime pas le Classique et/ou le Jazz. Par exemple. C’est dire qu’on est resté jeune, ou rebelle.

    Répondre
    • Pigi
      Pigi

      Et bien pas forcément ! Les Doors font partie de ces groupes cultes de l’histoire du rock. Pourtant, John Densmore (batterie) est un mordu de jazz et Ray Manzarek (clavier) a une formation classique.
      Mais je suis d’accord en ce qui concerne le côté anticonformiste du rock

      Répondre
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.