Friday, October 22, 2021

Que tu aies 20, 30, 40 ou 50 ans, tu as forcément une chanson de Radiohead en tête. Tentative de résumé de leur discographie

À l’occasion des 20 ans de la sortie de Kid A, je saisis l’opportunité de faire un billet sur ce groupe surprenant, créatif, talentueux (voire peut-être plus que les Beatles, c’est dire), largement au-dessus du lot, toujours discret et sachant se faire attendre, vous l’aurez noté.

Formé en 1985 en Angleterre, Radiohead est composé de 5 membres : Thom Yorke (chant, guitare, piano), les frangins Johnny (guitare) et Colin (basse) Greenwood, Ed O’Brien (guitare) et Phil Selway (batterie). Depuis 36 ans, le groupe a réussi l’exploit, malgré des tensions au cours de la première décennie 2000, de conserver ses membres originels et de balancer une série de disques absolument incroyables à la fois rock, électro et expérimentaux et des tubes interplanétaires. En cette période de rentrée scolaire, une petite révision s’impose sur Radiohead, certainement LA sommité de la musique de ces 30 dernières années.

1993 : Pablo Honey et Creep 

Il aura fallu donc attendre 1993 et la sortie de Pablo Honey pour faire connaissance avec l’univers de Radiohead. C’est un premier album, forcément perfectible. Mais déjà, avec Creep, la barre est placée assez haut. Malgré ce titre (assez pop) qui les fait exploser en notoriété dans le monde entier, l’album baigne dans l’alternatif et le rock indé pur et dur (Nirvana est arrivé avant) et on pioche ici ou là quelques références aux Pixies. Avec Anyone Can Play Guitar, le groupe affiche sa liberté de penser (comme dirait l’autre) et de mouvement. C’est d’ailleurs mon titre préféré de l’album avec You.

Extrait : You

1995 : The Bends

2eme album de Radiohead, qui se différencie de son prédécesseur avec l’intégration du piano. On sent déjà que la musique prend forme et s’enrichit, que le groupe cherche à explorer de nouveaux territoires musicaux sans se fixer de limites. C’est à partir de cet album que j’ai vraiment accroché. Avec des titres variés comme Just, Fake Plastic Trees ou encore le magnifique et sombre Street Spirit (Fade Out). Bref, comme des millions de gens, j’ai commencé vraiment à être embarqué dans le trip.

Extrait : Just

1997 : OK Computer

Cela sonne comme la fin d’un siècle (pas faux) et Radiohead sort OK Computer qui constitue à mon sens l’un des plus grands albums de tous les temps (et du groupe a fortiori). Radiohead revisite sa musique et innove brillamment, s’affranchissant des styles en vogue. On sent une osmose, une cohésion globale dans le disque. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard car, contrairement à Pablo Honey et The Bends, OK Computer a été enregistré dans des conditions live. Le disque est jalonné de chansons absolument merveilleuses, la voix de Thom Yorke est juste fabuleuse et les compositions (parfois très complexes) sont juste hallucinantes de maîtrise. Cet album est à avoir chez soi ne serait-ce que pour (ré)écouter des titres dantesques comme Karma Police, Paranoid Android, Exit Music (For A Film), Electioneering, Climbing Up The Walls ou encore Lucky. Rien à jeter du tout et, avec cet album, Radiohead devient un mastodonte mondial de la musique, une référence.

Extrait : Exit Music (For A Film)

2000 : Kid A

3 ans après avoir sorti le brillant OK Computer, Radiohead réitère et nous envoie une nouvelle fois un album absolument gigantesque : Kid A. Que dire ? Cet album change drastiquement de direction musicale et adopte les codes de la musique électro en y intégrant une bonne dose d’expérimental en plus. Bref, c’est juste énorme. Tournant le dos à l’album précédent pour mieux se renouveler, les guitares disparaissent au profit des synthétiseurs et des boîtes à rythme. Le groupe en profite alors pour tester, innover encore et encore. Les morceaux sont plus longs (même si cela était déjà un peu le cas sur OK Computer) et il y a des pépites intemporelles : The National Anthem, Optimistic, Idioteque, Everything In Its Right Place. Encore un chef-d’œuvre (pouvant paraître difficilement accessible parfois) totalement maîtrisé. Un pur régal auditif.

Extrait : The National Anthem

2001 : Amnesiac

Enregistré dans la continuité de Kid A, Amnesiac connaît un retour vers les guitares sans renier les traces électro ouvertes par le précédent opus. Le mélange des genres fonctionne très bien. Entre pop et abstraction, l’album, parfois atmosphérique et éthéré, est néanmoins cohérent et offre un bon équilibre. On le sent comme un maillon quittant un univers pour se diriger vers un autre. Un très bon album de transition en somme où je retiens particulièrement Knives Out, You And Whose Army?, I Might be Wrong et Like Spinning Plates.

Extrait : I Might Be Wrong

2003 : Hail To The Thief

Retour aux sources ? Continuité ? Les deux mon capitaine ! Avec ce 6ème album, Radiohead propose des chansons plus immédiates, plus courtes, rock, pop, électro. Ce n’est pas le meilleur album du groupe mais il ne laisse en aucun cas insensible. On peut y écouter de pures petites merveilles comme 2+2=5, There There, Where I End And You Begin, Scatterbrain, I Will, Myxomatosys. J’aime beaucoup cet album car on y retrouve une certaine fraîcheur et on peut y piocher ce que l’on veut au gré du moment et de son humeur.

Extrait : Where I End And You Begin ?

2007 : In Rainbows

radiohead in rainbow

Radiohead innove encore tout en restant ancré dans son époque. En 2007 apparaît l’iPhone et In Rainbows est le premier album disponible d’abord en téléchargement légal où l’auditeur paie ce qu’il veut. La démarche est assez originale pour être soulignée et elle a laissé une empreinte mondiale…

Bref. Musicalement, In Rainbows est la suite assez logique de Hail To The Thief. On y retrouve les guitares avec à la fois des formats très rock comme sur Bodysnatchers, plus pop avec All I Need ou Nude, voire progressif avec Jigsaw Falling Into Place. Une nouvelle fois, c’est du très bon Radiohead, rien à redire même si on pressent que la suite va de nouveau être déroutante. C’est justement après cet album que les membres s’orientent vers des carrières solos, comme si cela était une pause, une bulle dans laquelle travailler et chercher de nouvelles idées.

Extrait : Jigsaw Falling Into Place

2011 : The King of Limbs

radiohead

Assez linéaire et froid, ce 8e album me laisse quelque peu perplexe. Pourtant, je n’ai rien contre les expérimentations de ce groupe (comme d’autres ,du reste) mais il manque un « je ne sais quoi » indéfinissable pour vraiment l’apprécier dans sa globalité même si la prouesse est là, tout comme l’orchestration des sons et des ambiances une nouvelle fois homogènes et de qualité. Cela résonne en moi comme un exercice conceptuel, voire intellectuel à ce niveau. Ceci dit, sur les 8 titres proposés, certains émergent comme Lotus Flower, Codex ou Bloom qui ouvre le disque.

Extrait : Lotus Flower

2016 : A Moon Shaped Pool

radiohead

Ce 9ème disque du groupe sonne aigre-doux, les mélodies et les boucles hypnotiques sont bien présentes. On y retrouve toute la palette de sons électro avec une basse assez vitaminée sur certains titres mais une batterie un peu faible dans l’ensemble. À l’instar de son prédécesseur, A Moon Shaped Pool nécessite plusieurs écoutes pour saisir toute la subtilité et la richesse des compositions. Retenons le piano de Daydreaming (typiquement Radiohead), l’entêtant Ful Stop et Decks Dark dont les accents ne sont pas sans rappeler Portishead.

Extrait : Ful Stop

Conclusion

Alors, que retenir de la discographie qui a jalonné les 30 ans de carrière de Radiohead ? Au-delà d’attendre la suite, le groupe, porté aux nues par certains, estimé soporifique par d’autres, divise et c’est bien normal. Le groupe a créé des albums monstrueux devenus, à juste titre, des mythes de la musique contemporaine. Même si je considère les trois derniers albums peut-être plus faibles que leurs prédécesseurs, il n’en demeure pas moins que Radiohead explore les confins de la musique sous toutes ses formes et, parfois, cela provoque moins d’émotions et plutôt de l’incompréhension. En tout cas, même complexe et manquant d’immédiateté, la musique de Radiohead ne peut laisser insensible car elle est avant tout humaine.

Mon top 3 :

  1. Kid A
  2. OK Computer
  3. Hail To The Thief

PLAY IT LOUD !

Show More
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.