Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Art par

LA BILLY DES VANITES

jeudi 5 avril 2012 - Commentaires : 5

Accueil » LA BILLY DES VANITES

We need to make books cool again. If you go home with somebody and they don't have books, don't fuck them
We need to make books cool again. If you go home with somebody and they don’t have books, don’t fuck them

John Waters est quelqu’un de cool, une figure importante du cinéma et un féministe convaincu. C’est lui qui est à l’origine de la citation ci-dessus, qu’on retrouve un peu partout, sur des timelines Facebook ou Twitter, des Tumblr ou des fonds d’écran : “We need to make books cool again. If you go home with somebody and they don’t have books, don’t fuck them” Dit comme ça, de prime abord c’est classe et distingué. Sauf que. Ça m’embête un peu, parce que cette déclaration n’a pas vraiment de sens, pour rester poli.

LA BILLY DES VANITES

On peut très bien avoir une tonne de livres chez soi et n’en avoir lu aucun. Le premier cas est celui de la personne qui achète à chaque fois qu’un livre lui fait envie et se retrouve avec une pile de vingt bouquins sur sa table de chevet en n’en ayant lu qu’un seul. C’est classique. Plus tordu est le mec (j’en connais un) qui achète des bouquins d’occasion en gros chez Gibert pour gonfler sa bibliothèque, qu’il considère comme un élément de décoration et non de stockage. Le stade ultime du vice étant d’acheter des faux livres, des blocs vides entourés de fausses reliures. Pour la déco donc.

On peut surtout très bien avoir lu une tonne de livres sans en avoir un seul chez soi. Le cas typique, c’est la personne qui va à la bibliothèque. Il ou elle peut maxer sa carte de membre en prenant cinq romans par semaine sans en conserver un seul à la maison. Plus moderne, le livre électronique. En un an j’ai acheté deux livres papiers et une cinquantaine numériques. J’ai lu des dizaines de fois plus que la moyenne annuelle française mais rien pour le prouver chez moi. Si mon étagère Billy déborde, c’est uniquement de livres achetés avant.

La citation de Waters est nulle parce qu’elle se concentre sur la représentativité, l’étalage de culture. De la même manière qu’une fille laisserait dépasser son string, il faudrait que nos livres débordent de nos tiroirs pour séduire intellectuellement. On reste dans le vieux fantasme de la muséification de la littérature, la mise en scène de ses propres accomplissements. Et quelque part je comprends, puisque moi-même j’ai eu du mal à admettre le fait que tout ce que je lirai sur ma tablette restera sur ma tablette, que je ne pourrais pas le montrer au monde, et surtout pas aux gens qui passent chez moi, quand bien même ça pourrait m’aider à coucher.

Puis tu finis par comprendre que ce qui compte avec un bouquin, c’est qu’il soit à l’intérieur de ta tête, bien plus qu’à l’extérieur, à trôner sur une bibliothèque. Waters encense, malgré lui, le culte des apparences. On se contrefout des bouquins, ce qui compte c’est la littérature. Et si vous voulez rendre la littérature cool à nouveau, discutez-en avec celui ou celle à qui vous pensez vous offrir. Et s’ils n’ont rien à vous dire, ne les baisez pas.

Mais là, tout de suite, c’est effectivement un peu plus compliqué que jeter un œil à un appart’, même si beaucoup plus gratifiant.

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

  • L’idéal étant de baiser avec quelqu’un qui a une bibliothèque bien garnie et qui a tout lu et relu. Comme ça tu peux te faire conseiller sur les livres à lui emprunter. #astuce

  • Je ne pense pas qu’il faille prendre cette citation au sens visuel uniquement.
    L’idée générale est la valorisation de la culture car elle en fait une personne plus complète, que ce soit ses jugements, pensées, volontés. Et c’est quelque chose de visible, sans être entré chez quelqu’un. Je vois plus cette citation comme “voyez ce que vous pouvez voir en une personne avant de la sauter”.

    Et par livre, je ne pense pas à littérature.
    Je trouve dommage de descendre une citation qui est, je pense, à ne pas prendre au sens propre, matériel. De plus j’adore Waters, je pense que j’aurais moins tiqué si elle avait été de quelqu’un dont je n’aime pas le travail, même si c’est assez injuste.

  • Cette expression prend tout son sens dans la société du paraître. Il en est de même pour beaucoup de choses comme l’habillement. Bien sûr le plus important est de s’habiller, mais la touche “plus” serait de bien s’habiller.

    Le paraître a ses exigences qui au fond ne réduit en rien la nature de l’être en lui même, la preuve avec les livres numériques.

    Maintenant, on s’adressera pour une question littéraire, on s’adressera plus facilement à quelqu’un qui “montre” sa passion pour la lecture.

    La première vision est extérieure, c’est l’étalage à n’en plus finir et c’est ce qu’a compris John Waters. La seconde vision est intérieure, la connaissance, la passion et le savoir et là… mais dans plusieurs des cas, il est déjà trop tard, la langue est déjà noyée 😉

    Bonne lecture, je découvre ce joli site 🙂

  • Je pense qu’il est très conscient de la vanité d’avoir une bibli remplie sans rien avoir lu. C’est le début de la citation qui est importante : “make books cool again”. C’est pas con, si on valorise les bouquins, certains vont le prendre au premier degré, et les lire. C’est assez facile de griller un type qui n’a rien lu de sa bibli quand même.
    Ca tirerait un peu la situation vers le haut, superficiellement mais c’est un premier pas.

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.