Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Musique par

DRAHLA se déguste comme un dragibus noir. C’est le meilleur !

vendredi 26 juin 2020 - Commentaire : 0

Accueil » DRAHLA se déguste comme un dragibus noir. C’est le meilleur !

Direction Leeds en Angleterre avec Drahla, un trio formé en 2013 qui a déjà produit quelques EP et tourné avec des groupes de référence tels Parquet Courts et Cure. Et voilà qu’au printemps 2019 « Useless Coordinates » paraît. Certes, un an a passé mais depuis, j’ai rarement écouté (et réécouté) un groupe avec autant de plaisir (merci au confinement qui m’a permis de replonger dans ma collection de disques).


Porté par le revival post punk depuis 5/6 ans environ, Drahla puise son inspiration dans des influences de qualité. On devine les incontournables Sonic Youth (encore eux !) et les non moins cultissimes The Fall ou encore Wire. Nous sommes donc à la croisée des chemins entre post punk et noise rock et c’est plutôt très bon ! « Useless Coordinates » c’est 10 titres sans concession, tendus aux mélodies singulières, à peine 30 minutes d’écoute mais c’est un pur régal pour les oreilles et un vent de fraîcheur en ces temps de canicule. Coup de cœur en extrait : « Invisible Sex ».


On notera des insertions de cuivre dans certaines de leurs chansons. Un saxophoniste accompagne le groupe en studio et ses interventions parfois déstructurées donnent le caractère expérimental qui n’est pas sans rappeler l’influence de la no wave new-yorkaise du début des 80’s. La guitare se veut cristalline avec un léger overdrive et la basse quant à elle, est bien lourde et épaisse apportant toute la tension, la batterie conforte la structure d’ensemble. Luciel Brown assure le chant qui fait écho au style de celui de Kim Gordon de Sonic Youth qui s’avère être un savant mélange de calme et de hargne.
On sent l’énergie brute et la sincérité de la musique de DRAHLA qui est à la fois urgente, dissonante, tordue et parfois sombre. Clairement, cet album est à avoir à portée de main et d’oreille et on en espère d’autres du même calibre. 

Pour aller plus loin et satisfaire votre curiosité, je vous invite à vous rendre sur la page Bandcamp de Drahla ou tout simplement écouter ci-dessous :

 


PLAY IT LOUD AND ENJOY!

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.