Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Chroniques à brac, NSFW par

[Le Petit Cochon #3] Tu les trouves jolies, mes fesses ? #nsfw

jeudi 22 octobre 2020 - Commentaire : 0

Accueil » [Le Petit Cochon #3] Tu les trouves jolies, mes fesses ? #nsfw

Tu l’as voulu, tu l’as eu : le cochon vient pointer son groin dans la partie charnue de la bête.

Bien sûr qu’on les aime tes fesses, BB. Aucun Mépris de notre part dans cette admiration pour ta croupe rebondie, ce dos, ces hanches, ce visage poupin et les yeux qui vont avec.

C’est Piccoli qui le dit : quand la caméra tourne, les femmes montrent leurs fesses. Et quand le jour se lève, le cochon hurle à la lune. Est-ce qu’on prend les devants quand on montre son derrière ? Est-on Lost in Translation quand on se perd dans la raie de Scarlett ?

En faisant durer son plan, Sofia Coppola nous fait participer : il s’agit moins d’espionner que de comprendre que Scarlett n’est pas prête, pas encore disposée à se montrer tout entier dans cette société. Alors elle indispose, presque. Tu veux ou tu veux pas? Le fondement est la question.

Lui n’a pas pris de pincettes pour réveiller ses confrères. Un monastère qui roupille, un voeu de silence, d’autres de chasteté ? C’en est assez. Un tournoi de foot et ça repart. Les douches, ça rapproche. Un Jésus tatoué dans le dos, le père Salvador assiège le bâtiment en faisant tomber la serviette. Puis repart, fier de sa connerie. On peut être con avec son cul.



Finalement, qu’est-ce que je tiens dans mes mains ? Est-ce seulement ton arrière-train ? Cette partie de ton corps que tu ne verras jamais, tu dois me croire : j’en prendrai soin. Ce popotin, c’est le mien.

“Tout se confondit dans les ténèbres : mes mains, plus impatientes que jamais, erraient tantôt sur deux pommes charmantes dont le poli et la fermeté le disputaient aux marbres, tantôt sur des cuisses d’albâtre, dont la douceur et l’embonpoint charmaient le tact, tantôt sur le centre de tous les plaisirs, dont un réseau touffu semblait défendre l’entrée, que pour la rendre encore plus piquante et plus désirable à l’amant transporté ; tantôt enfin sur des fesses dont l’élasticité, la rondeur et le moelleux n’avait d’égal que la souplesse et les heureuses formes que donne la volupté. Je touchais tout, je pillais tout, je voulais dévorer ; ma langue impatiente…”

Dominique Vivant Denon – Point de lendemain (1777)

Fais ton festival du film de fesses : “Le Mépris” est sur Canal+, “Lost in Translation” sur Prime, “La sainte équipe” et “Bande de filles” sur Netflix.

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.