Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Cinéma / Série / Youtube / Podcast par

The Queen’s gambit : La mini-série qui m’a mise échec et mat

mardi 17 novembre 2020 - Commentaire : 0

Accueil » The Queen’s gambit : La mini-série qui m’a mise échec et mat

Directement placée dans le top des contenus les plus regardés sur Netflix, Le Jeu de La Dame est sans nul doute la mini-série évènement de ce mois de Novembre. Et pourtant qui aurait pu croire qu’une série sur les échecs (le jeu) susciterait autant d’enthousiasme ?

Petit tour d’horizon des ingrédients qui ont fait le succès de cette production originale.

Une histoire moderne

Elisabeth Hamon n’a pas été épargnée par la vie, orpheline et solitaire, elle se passionne pour les échecs pour lesquels elle a un véritable don. Son talent va l’amener à affronter les plus grands maîtres échiquier.  Mais son penchant pour l’alcool et la drogue vont-ils venir gâcher son avenir prometteur ?

Si l’histoire se déroule en pleine guerre froide, elle a pourtant une résonance très actuelle. C’est d’abord une histoire de femme, parmi les hommes. Une femme à contre courant et totalement libre, une héroïne brillante et captivante. Une femme qui va réussir à faire oublier le fait qu’elle en est une.

Un roman à succès

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, l’histoire n’est pas inspirée du réel mais bien tirée d’un roman de Walter Tevis publié en 1983. C’est la 4e adaptation de cet auteur après L’Arnaqueur et sa suite La Couleur de l’argent de Martin Scorsese (rien que ça) ou encore L’Homme qui venait d’ailleurs avec David Bowie.

Pour la petite anecdote, The Queen’s gambit devait à l’origine être aussi adapté au cinéma. En effet, cela devait être le tout premier film de Heath Ledger en tant que réalisateur, malheureusement son destin tragique n’a jamais fait aboutir le projet.

The Queen’s gambit d

Une actrice incroyable

Pour ceux qui ont déjà vu la série de film Split et Glass de M. Night Shyamalan, vous n’avez pas pu passer à côté de ce visage énigmatique. Anya Taylor-Joy est sans nul doute LE talent à suivre tant elle crève l’écran dans ce rôle de prodige des échecs. Pour la petite anecdote, elle a accepté le rôle sans avoir lu le scénario, simplement car elle avait adoré le livre ! A la fois magnifique, froide, mystérieuse, Anya Taylor-Joy incarne son personnage à merveille et réussit même à habiter les silences.

Le reste du casting n’est pas non plus négligeable puisqu’on y retrouve Thomas Brodie-Sangster (Love Actually, Le Labyrinthe, Game Of Thrones) ou encore Harry Melling (l’iconique Dudley Dursley d’Harry Potter).

The Queen’s gambit d

Un réalisme soigné

La majorité des acteurs a appris à jouer pour les besoins de la série et ce sont donc de vraies parties qui sont jouées à l’écran. Pour apporter toujours plus de crédibilité, les réalisateurs Scott Frank et Allan Scott ont fait appel au grand Garry Kasparov (ex-champion du Monde d’échec) comme consultant sur la série.

“Le Jeu de la Dame” a d’ailleurs été salué par la communauté des joueurs ainsi que par de grands noms comme la championne Américaine Jennifer Shahade.

En conclusion, Netflix ,qui a foncé tête baissée dans ce projet, a fait le bon pari puisque The Queen’s gambit est une vraie réussite que je vous invite à découvrir au plus vite !

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.