Meliora, le meilleur de Ghost

GHOST a sorti Méliora, son troisième album le 15 août dernier et c’est de la bonne came, dans le genre Rock Sataniste.

Meliora (meilleur en latin) est un disque qui porte bien son nom. C’est très cliché de le dire mais ce troisième méfait des suédois de Ghost pourrait bien être l’album de la maturité. Comme un bon fromage, comme un grand vin. Il n’aura fallu que cinq ans et trois disques à Papa Emeritus et ses goules pour atteindre un sommet. Ce n’est certainement pas le dernier, je suis sûr que les gars nous réservent encore de belles surprises, notamment scéniques, mais avec Meliora, ils mettent déjà la barre assez haut.

ghost meliora 3

Ghost, la Genèse

Au commencement était le verbe. Ghost a commencé avec une chanson un peu satanique, puis une démo qui débouche sur l’idée de créer un groupe en costumes qui chanterait des chansons aux textes sulfureux, démoniaques, sataniques, avec un côté religieux sectaire et une pointe d’exorcisme…bref le fonds de commerce du Metal sauce Black Sabbath. Le projet est parti d’une démo enregistrée en 2008, et de là s’est construit tout le décorum. Au début, le groupe voulait juste créer un petit buzz sur la scène underground locale, mais le buzz prend bien vite l’aspect d’une secousse sismique de forte magnitude. Le génie du projet c’est d’avoir poussé le délire très très loin. Car Ghost joue à fonds la carte du contraste. Le groupe se présente comme des membres du clergé secrètement satanistes, et donc masqués. Les musiciens sont tous vêtus d’une costume semblable que seul distingue un signe cabalistique différent. Ils portent un masque de diablotin et on les appelle les Nameless Ghouls. Le frontman, Papa Emeritus porte un masque en latex imitant un visage et maquillé en corpse paint. Comme pour le vrai pape, Papa Emeritus n’est pas éternel. Sur Meliora, c’est Papa Emeritus III qui se produit (bon, en fait c’est le même mec, hein, mais scéniquement, les costumes et le jeu scénique du groupe évoluent à chaque alternance papale).

meliora ghost

Les masques des Nameless Ghouls ont fait déborder bien des encriers, échafauder plus de théories que le 11 septembre…. Certains pensent que Ghost est en réalité un supergroupe et que chaque masque dissimule un artiste renommé. Il parait que Dave Grohl aurait tenu le kit sur certains live…bref, tout cela est invérifiable mais entretient le mythe, et donc l’attrait. Comme d’autres gangs musicaux masqués, on peut se demander quelle part les costumes et le mystère qui plane autour de l’identité du groupe tiennent dans le succès de Ghost. Car toute sympatoche qu’elle soit, la musique du sextet n’est pas non plus révolutionnaire, mais elle est particulièrement entêtante. C’est du bon Rock navigant entre des titres très Metal, d’autres un peu plus Pop, une touche de symphonique, un album très construit. Et ce cocktail groovy débouche sur des mélodies bien foutues qui se marquent dans ton cervelet et t’habitent toute la journée, par exemple l’imparable « Cirice ». Pour savoir si Ghost est juste un bon groupe masqué marrant à voir en live, il suffit de s’offrir une écoute de Meliora, dans le calme de ton salon, le casque vissé au crâne comme moi en ce moment précis, c’est le petit Jésus en culotte de velours qui te fait pipi dans la bouche….

Un genre de Rock Sataniste

La question qui occupe un peu vainement la plupart des chroniques tient à la nature de la musique de GHOST. Car si les paroles et le décorum sentent suffisamment le souffre pour entrer au panthéon du Metal, la musique, elle est plus proche d’ABBA que d’ABBATH. J’exagère un peu, parce qu’il y a dans les compos une variété d’ambiances vraiment jouissive. Des chansons pop, des morceaux très Black Sabbath, une romance triste avec une intro qui fait penser à Simon & Garfunkel. C’est cet éclectisme décalé qui fait hurler les détracteurs et ravit les amateurs de second degré. Quant aux haters qui reprochent à Ghost de faire l’apologie du satanisme, je laisse la parole à Papa Emeritus 3 qui déclare dans une interview à Rock Hard « Je me suis aperçu que dans deux cas sur trois, les internautes haineux envers Ghost étaient également racistes, très souvent homophobes et aimaient passionnément les armes à feu ». Tranchons là le débat. Il y a dans la musique de GHOST de quoi ravir le metalleux un tant soi peu ouvert d’esprit. Tout le reste n’est qu’ergotage et concours de bite.

A découvrir avant l’apocalypse

Je ne suis pas Elisabeth Tessier, mais je prédis pourtant un bel avenir au groupe. Parce que sa musique a de quoi plaire à un cercle très large de fans. Mon conseil serait donc de s’empresser de les voir sur scène tant qu’ils font encore des clubs et des théâtres. Certes Ghost à Bercy, ça sera forcément un show puissant parce que Papa Emeritus admet lui-même qu’il rêve déjà de spectacles grandioses dans des Arena. Mais vous n’aurez pas la proximité ni la magie des concerts intimistes. Ceux où vous pouvez toucher le groupe et boire des bières avec lui à la fin du set. C’est exactement ce qui s’est passé au dernier show de Ghost à la Cigalle à Paris. Le groupe s’est fini dans un bar voisin avec quelques fans chanceux! Si toi aussi tu veux en être, tu peux aller voir Ghost au Download Paris ou au Hellfest, mais avant cela, le groupe se produit courant 2016 dans un paquet de petites salles bien sympa. Toute la liste sur le site internet de Ghost.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.