Brûlures d’envie

« Prends-moi la main, emmène-moi loin.

J’ai des envies d’ailleurs, d’un monde qui n’est pas le nôtre. J’ai envie de caresser une herbe différente, de respirer un air frais. Le temps me paraît si fugace, j’ai les yeux qui piquent car les secondes me brûlent les cils.

Je souffre de tes absences, j’aimerais te voir plus souvent. Chaque minute sans toi est comme une aiguille en plus, enfoncée dans mes jambes. La douleur de ne pas te voir me paralyse.

Tes caresses me manquent. Ton odeur est ancrée dans ma mémoire, et pourtant j’ai l’impression de ne plus me souvenir de ton visage. Pourquoi me parais-tu si loin ? Nous ne nous sommes pourtant que si peu connus, et à peine parti tu me manquais déjà.

Je ne parlerai pas d’amour, car ces lettres encore m’écorchent les lèvres et sonnent mal dans ma bouche. Tu mériterais mieux que de vulgaires mots pour qualifier ce que je ressens pour toi. Il faudrait inventer un mot, mais je ne serai même pas capable de savoir la définition.

Passe encore une fois ta langue sur mes lèvres, enfouis ton visage dans mes cheveux. Lorsque tes doigts caressent ma peau, une douce sensation m’envahit. L’aigre-doux de cette superficialité. Si encore, on pouvait s’exprimer avec des gestes…

Tu sais, je me dis que si je veux partir loin à tes côtés, c’est que tu dois être le bon. Un peu. »

1 Comment

  • @joueurs
    @joueurs

    petite définition entre amis : L’amour c’est la douleur de l’absence de l’autre

    Répondre
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *