Hideous, confession d’un ange déchu

Oliver Sim est, à l’origine, un des membres fondateurs des XX, combo electro pop rock britannique qui a sévi en 2009 avec cet album incroyable X, unanimement reconnu à sa sortie. Oliver en était un compositeur, un chanteur et le bassiste. 
Chaque membre a décidé de tenter sa chance, sans délaisser pour l’instant la formation initiale, c’est ainsi qu’Oliver a donné vie à « Hideous bastard », belle réussite.


Réussite musicale puis réussite dans l’inspiration qui l’anime et la cohérence entre les 2. Cette cohérence, graal ultime de tout artiste musical, quand le produit de centaines d’heures passées en studio devient l’exact reflet d’un assemblage de pensées et de sentiments complexes dont on a acquis la conviction qu’il peut être partagé et aimé. Ouf, je respire.


Mais revenons à l’idée première de ce papier, un des singles de l’album, « Hideous» . A la fois confession, complainte, ce single nous raconte les tourments qu’Oliver Sim ressent depuis qu’il est devenu séropositif à 17 ans et les aveux qui ont suivi. Mais cette mélopée cache un secret, un featuring comme on dit, qui dès le premier son de voix active dans nos entrailles de quinquas débridés un Shazam instinctif, qui nous dit « Mais c’est Jimmy Sommerville !!!! ». La justesse de sa présence, du moment valent largement le coup qu’on se pose et qu’on frissonne dès que notre trublion Communard apparaîtra, comme pour venir tenter de panser les plaies exsangues du bel Oliver.
« Been living with HIV, Since 17, Am I hideous ? »

1 Comment

  • Charlie
    Charlie

    Super clip réalisé par Yann Gonzalez !

    Répondre
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *