Yaya Bey, du lait et du miel

Depuis quelques années la Néo Soul est un essaim de Reines dont la grâce vocale n’a d’égal qu’un tempérament et des revendications bien affirmés.

Yaya Bey a intégré cette élite en 2020 et n’a pas chômé depuis, entre deux expositions de collages dans des galeries new-yorkaises et des épreuves personnelles. Soit deux L.P. et cinq albums en quatre ans !. Le dernier « Ten Fold » propose seize petits bijoux aux couleurs musicales variées, qui s’ouvre sur le doux et mélancolique “Crying through my teeth”.

“Sir Princess Bad Bitch », très imprégné de House Music, affirme son statut de Princesse Indie Soul qui n’a pas la langue dans sa poche, “All around L.A. » propose une folle promenade Afro – funky en Californie tandis qu’elle rends hommage à son père, le rappeur Grand Daddy I.U. disparu en décembre dernier, dans un “So fantastic” plutôt entraînant.

Mention spéciale pour les morceaux “Chasing the bus », “Carl Thomas sliding down the wall” et un “Yvette’s cooking show” délicieusement jazzy, qui ont dans leur coeur la chaleur et la langueur qu’il n’y a pas dehors.

Sortez les ventilos !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *