Monday, October 25, 2021

Just as I Am – Bill Withers – 1971

Bill Withers - Just As I Am - 1971
Cover de l’album de Bill Withers, Just As I Am, sorti en 1971.

À la recherche du sample parfait

Ain’t no sunshine when she’s gone

On va faire dans le cliché, mais le titre Ain’t no sunshine donne envie de se faire larguer comme une merde, ou d’être fou amoureux à en crever. Bref d’avoir cette passion créatrice. (À mon humble avis, on créer mieux lorsqu’on est malheureux. CQFD )

Bill aurait pu faire durer Ain’t No Sunshine 45 minutes que je l’écouterais encore et encore.

Bill ne chante pas, Bill ne parle pas, Bill est juste comme il est.

À savoir que cet album est le premier de Bill Withers, et que lors de l’écriture, ce dernier bossait encore à l’usine.

Il est produit par Booker T. Jones, oui le Booker T. Jones du groupe Booker T. & the M.G.’s à qui l’on doit le fabuleux album :  Melting Pot (1971).

L’album fut enregistré en Californie, et ça transpire le soleil de tous les côtés.

Une des grandes influences d’Aloe Blacc. Je pense.

Le titre Do It Good, dégouline. Sa petite guitare folk au son bien funky. J’adore lorsqu’ils utilisent la guitare folk de cette manière. Ça me fait penser au titre d’Earl Klugh, Keep Your Eyes On The Sparrow (Baretta’s Theme), sur son album de 1977 : Finger Paintings.

Une reprise de Let It Be au passage, comme ça. Soul et R&B, classe.

Et le titre Moanin’ And Groanin’, est un titre d’une tension palpable, un tempo lourd, certainement un 100bpm, où la tête bouge lourdement, presque au ralenti, et qui amène des images de femmes gémissantes. Au corps dégoulinants de sueurs :

Young girl turned out to be two times quite the woman that I thought she was.

Oh she keeps me moanin’, groanin’, hey, because I feel is good. I feel real good.

Oh, can’t nobody do, no, no, no, what my baby’s done.

Said, if she ain’t the best in the world, she’s good as the goodest one,

And she keeps me moanin’, groanin’, hey, because I feel real good.

Hum. Bref.

Alors oui, le titre Ain’t No Sunshine a été mille fois repris. Mais voilà, Bill, et je l’ai déjà dit, est comme il est. On ne peut le reprendre. Un peu comme Brel. Ou plus proche, comme Adele. Il y a des artistes comme ça.

Est-ce que je vous ai dit qu’en plus Bill Withers avait une classe monstrueuse ? Il a une classe monstrueuse.

Un featuring de Bill Withers, ultra connu et ultra bien foutu date de 1980 sur l’album Winelight de Grover Washington, Jr. sur le titre Just The Two of Us.

L’album qui suivra Still Bill, de 1972, avec le titre Use Me, est un chef d’oeuvre également.

Regardez la tête du batteur, j’pense qu’il ne tourne pas à l’esquimau.

Show More
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.