Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Musique par

Le MIDI FESTIVAL en Vine

samedi 3 août 2013 - Commentaire : 0

Accueil » Le MIDI FESTIVAL en Vine

Midi_Festival

Les articles sur le Midi Festival pleuvent comme le rosé sur la ville de Hyères depuis quelques jours : Internet ne vit pas au rythme du Sud et c’est à peine remis de nos émotions que nous venons partager avec vous le meilleur de ce week-end en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.Ce Midi Festival est le deuxième auquel nous participons (récit de l’opus précédent) et nous attendions ce week-end de juillet depuis un an tout pile. En arrivant à l’Hippodrome c’est avec SPLASHH que nous prenons part aux festivités. Accueillis par des salves d’un grunge garage vaporeux aux accents proches du Nirvana, nous reprenons contact avec les habitués, les tickets boissons et les cigales.

PETER HOOK & THE LIGHT nous offrent ensuite, avec beaucoup d’énergie, une prestation composée de reprises de JOY DIVISION et de NEW ORDER. Des versions rock pêchues assez carrées sans le côté garage ni la tension électrique de l’époque. Pour les groupies, PETER HOOK jettera son t-shirt à la fin du show.
THE HORRORS enchaine avec une prestation au son puissant et efficace : un max de décibels et des cages thoraciques qui tambourinent. Une clôture de l’Hippodrome pour ce premier soir largement à la hauteur de nos espérances.


Il est alors temps de rejoindre la plage de l’Almanarre pour continuer la soirée. Malheureusement cette année, l’organisation est un peu plus stricte et c’est navette pour tout le monde pour accéder au site. Braves et ivres nous tentons d’éviter la queue en décidant de partir à pied. Ceci fut une réelle mauvaise idée, et nous finissons par atteindre la plage à coup de pouces en l’air.

Évidemment avec ça, le set de PROSUMER est déjà bien entamé à notre arrivée. On se console les pieds dans l’eau : on attendait surtout HENRIK SCHWARZ. Sa prestation électrique et énergique nous achève, sous les étoiles et le vent chaud.


La journée à Hyères, c’est un peu le cœur comme on dit ici. Camping, apéro, plage : le Midi Festival dépayse vraiment. Évidement les moments de farniente sont nombreux et il est difficile d’arriver à l’heure à tous les concerts : nous ne verrons donc ce jour là aucun des concerts à la Villa Noailles, de 15h00 à 18h00.

Nous reprenons part aux festivités à l’Hippodrome avec KING KRULE, un simple type extraordinaire et surprenant. Derrière sa dégaine de jeune banlieusard londonien, on découvre un gars plein d’assurance forgée par les scènes écumées ces dernières années. Malgré l’intensité du concert et la qualité de jeu de chacun des membres du groupe, on décèlera tout de même une certaine redondance dans les mélodies.
Le pic de la soirée, restera le moment où le jeune crooner remontera sur scène pour son featuring avec MOUNT KIMBIE. (MOUNT KIMBIE sur lesquels nous ne reviendrons pas car c’était franchement assez chiant).


Après notre petit rouquin, l’arrivée sur scène de PSYCHO EGYPTIAN venu introduire sur compère MYKKI BLANCO électrise complètement le public. Un show déganté qui nous régale, mais laisse cependant quelques septiques. Le public du Midi Festival n’est clairement pas l’auditoire habituel de MYKKI. Les hipsters se tâtent la barbe et reboutonnent leurs chemises quand, aux micros, la folle équipe sue, grogne et saute dans le public.

Les esprits se calment un temps quand commence le set d’ALUNAGEORGE. Son R’n’B vitaminé a su séduire une partie du public malgré une voix faiblarde. Il faut dire que ses jambes de 2m13 de long et son déhanché naïade ont su enrober le tout.

Schéma classique de soirée Midi Festival : une fois les concerts à l’Hippodrome terminés, on file à la plage. Cette fois-ci, nous ne tentons pas le diable et attendons sagement que la navette nous dépose les pieds dans l’eau.


Ce samedi soir mixent PÉPÉ BRADOCK et JUSTIN MARTIN. Malheureusement, des coupures d’électricité et un son d’enceintes grésillantes complètement pourris nous cassent tristement dans notre élan. Nous grillons nos tickets boissons et maudissons le coup du sort.
Le dimanche a comme un goût de fin de colonie de vacances. On sait qu’il va falloir aller dire au revoir aux copains. Lentement nos corps endoloris par l’alcool, le sol du camping et le bruit assourdissant des cigales tentent de reprendre vie afin de migrer doucement vers la plage Ceinturon où nous comatons comme des zombies une bonne partie de l’après-midi. Les DJ sets organisés par Aires Libres rependent leurs boum-boum électroniques sur le sable bouillant. Nous sommes quasi mourants. Heureusement qu’il ya des jeux.


C’est le nez rosi, les cheveux plein de sable et de sel que nous finissons le Midi Festival en nous rendant à la Villa Noailles pour voir CHRISTOPHER OWENS, ONLY REAL, SWIM DEEP, TEMPLES. Clairement CHRISTOPHER OWENS nous donne envie de lui jeter des endives aux visages tant sa dépression poste Lysandre est affligeante. Il dégouline et nous fatigue. Le reste de la soirée se déroule doucement et déjà c’est la fin des vacances. TEMPLES fait la clôture cette année, comme FRANÇOIS AND THE ATLAS MOUNTAINS l’année dernière. Nous utilisons nos derniers jetons boissons avec deux pintes et un peu de bonbons Haribo. Il est temps de traîner nos sandales vers la sortie. Un passage au Magic World pour savourer encore un peu la fin du week-end. Il est déjà l’heure de rentrer à Paris, l’heure de parler du Midi Festival de l’année prochaine, car il est évident que nous y reviendrons.

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.