Menu & News

Anotherwhiskyformisterbukowski Le blog musical qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages

Musique par

Below the sun n°4 / Le live report

vendredi 9 octobre 2015 - Commentaire : 0

Accueil » Below the sun n°4 / Le live report

Below The Sun organisait sa soirée de rentrée ce lundi 5 octobre à la Mécanique Ondulatoire (Bastille). Partenaires de l’asso depuis le début, le blog culturel qui ne prend pas les enfants du bon dieu pour des canards sauvages y a dépêché son correspondant local, moi.

Après deux soirées au Buzz (Belleville) et une au Klub (Chatelet), Below The Sun teste une nouvelle salle de concert. Jo, Carole et Arnaud sont en effet en recherche d’un lieu pour accueillir leurs événements Fuzz. Rendez-vous ce lundi à Bastille histoire de voir si le triplé quartier cool / bonne bière / bon son incitera les fanas de Heavy Rock à braver la pluie diluvienne qui noie la capitale depuis le matin. Arrivé tôt pour prendre la température, rencontrer les organisateurs, me coordonner avec ma photographe pour la soirée, ma twitter friend Nessie Spencer (@freaksandgigs) et boire une ou deux pintes, je découvre un bar sympa, avec un mobilier bric et broc, un stand de merch monté à l’arrache sur des fûts de bière et un bar bien garni avec de la Brooklyn Brewery IPA à la pression (à 5,5 € la pinte en happy hour). Ambiance musicale Heavy Rock comme j’aime, pas du genre à passer Maître Gims ni RTL2…. c’est même la première fois que j’entend dans un bar la musique de Dot Legacy ou Texas Chainsaw Dust Lovers…et c’est cool.

Cool, c’est aussi le mot qui me vient à l’esprit en découvrant la petite salle de concert tout en longueur qui se cache dans les entrailles de la Méca. C’est une cave voutée, ni très large, ni très haute (on se croirait un peu dans le Tub londonien), d’une quinzaine de mètres de long avec d’un côté un bar et de l’autre une scène minuscule éclairée par une lumière rouge fixe. Je ne suis pas photographe mais je sais que c’est la pire illumination possible pour choper de bonnes photos en live…et puis c’est vrai que ça ne donne pas très bonne mine…C’est pourtant cette lumière un peu glauque qui illuminera les trois groupes de la soirée: les belges de Black Mirrors, les lyonnais de Sunder et les californiens de Harsh Toke. Le fan club de Sunder a semble-t-il fait le déplacement car le concert du quatuor sera émaillé de cris d’encouragements à base de “A poil” et surtout un mystérieux “chaussette” dont j’aurai l’explication en fin de soirée : avant d’adopter le nom de Sunder, le groupe s’appelait Socks… oui parfois les explications sont plus décevantes que l’ignorance. Je ne saurai pas en revanche si c’est le groupe ou une groupie en forme qui émaille le set de rots tonitruants.

Mais reprenons le programme dans l’ordre.

below the sun black mirrors

L’ouverture des hostilités revient au quatuor belge Black Mirrors. Trois gars, une fille. Un étrange maquillage lui barre le visage, ainsi qu’une tenue qui se veut indienne, avec des colifichets à plumes…on n’aura pas le fin mot de l’histoire de cette tenue de scène mais heureusement elle n’éclipse pas le talent d’un groupe qui m’a vraiment bluffé. C’est un heavy rock / garage inspiré et juste qui bénéficie d’une balance aux petits oignons, d’un lead guitare timide qui se dissimule derrière un grand chapeau noir mais balance des riff couillus et quelques soli bien sentis. Mais ce qui marque le plus les esprits et les oreilles, c’est bien entendu la performance électrique de la jeune frontwoman, Marcella. La belle sait occuper l’avant de la scène, balancer un chant puissant et émouvant, communiquer avec le public…bref elle connait le job. Un groupe avec un bon chanteur, c’est cool. Un groupe avec un bon frontman, c’est encore plus cool. Je reparlerai sûrement de ce sympathique combo dans un article qui leur sera consacré….parce qu’ils ont aussi sorti un EP qui avoine la pouliche. D’ailleurs j’ai mis une petite sélection sono en fin de review, en manière d’illustration.

40 minutes de bonne zique, un petit aller-retour à l’étage pour un arrêt au stand, quelques minutes avec Christophe, le batteur de Texas Chainsaw Dust Lovers au sujet de leur nouveau clip et de leur prochain album (discussion qui m’a donné la matière pour ce petit article sympa), refaire le niveau de bière…et hop retour au sou-sol pour assister à la mise en place du deuxième groupe de la soirée, les lyonnais de Sunder.

below the sun 4 sunder

Le groupe ouvre pour les dates européennes de la tournée de Harsh Toke. Il propose un Stoner / Heavy Psych plutôt sympa. Un chanteur – guitariste (Julien), un batteur (Jessy), un bassiste (Nicolas) et un clavier / Mellotron (Farsifa). Après le concert, j’ai regardé quelques vidéo sur Youtube, quand la balance est bonne et que le groupe dispose d’un peu de place pour s’installer, c’est vraiment cool. Le problème c’est que ce soir, entre les cris des copains (Chaussette, à Poil), les gros rots et une balance mal réglée, le groupe n’a pas donné le meilleur de lui-même. Le son était laborieux, la rythmique écrasant tout le reste. Mais la plus grosse erreur (à mon avis), c’est d’avoir laissé Nicolas, le bassiste, se placer au centre de la scène, la place à laquelle on s’attend habituellement à voir le chanteur. En soi ce choix n’est pas gênant, mais vu que ledit Nicolas n’était pas du tout communicatif, la plupart du temps dissimulé derrière sa tignasse, ou bien tournant le dos au public ou encore faisant la grimace en essayant d’ouvrir puis de boire une canette de bière entre deux chansons…Comme je le disais plus haut, un bon frontman, c’est important…et c’est un talent qui n’est pas donné à tout le monde. Cette prestation de Sunder ne restera pas dans les annales mais je veux bien croire Nessie quand elle m’a dit qu’ils feraient sans doute mieux sur une scène plus adaptée.

Dernier petit aller-retour au bar qui, malheureusement, ne propose rien à grignoter pour éponger. C’est le gros défaut du lieu, il n’y a pas de quoi manger sur le pouce à proximité (ou sinon je ne l’ai pas trouvé, mais il est vrai que la pluie battante n’incitait pas à la flânerie). Les sets s’enchaînent sans temps mort. Mais on ne va pas s’en plaindre, bien au contraire.

below the sun harsh toke

Troisième groupe et tête d’affiche de la soirée, les quatre américains de Harsh Toke prennent possession de la scène. Ils n’avaient pas fait de sound check, ils gèrent les balances à l’arrache..en gros ils poussent la puissance au max et commencent à envoyer la sauce. Du Heavy Psych costaud et volupteux, mais surtout très costaud. Le son arrive en bloc de gras sur lequel la guitare tisse des motifs vaporeux, aériens, arachnéens…toute la panoplie des métaphores est de sortie pour décrire le set, essentiellement instrumental. 40 minutes, trois morceaux longs, mais il ne pourrait y en avoir qu’un seul. C’est le genre de musique qui ressemble à de l’impro, sauf que les quatre gars sont tellement en osmose que tu as du mal à croire que ça soit vraiment improvisé. C’est beau, c’est magique, ça passe comme un rêve mais ça pourrait être encore plus sympa si les gars étaient moins emmurés dans leur musique, plus en mode “je joue en public”. Ce beau concert manque de communion. Oui les gars sont des killers, ils assurent comme des dieux, mais les échanges sont limités au maximum et c’est un peu dommage. D’ailleurs sitôt le dernier morceau achevé, après quelques applaudissements, le gang plie les gaules sans chichis….

below the sun affiche

Soirée réussie. Au moins une belle découverte pour laquelle j’ai envie d’aller un peu plus loin. Trois set intéressants, un public semi-réceptif, pas hyper mobile, pas hyper enthousiaste, un peu passif. Mais à sa décharge, deux des trois groupes n’ont rien fait pour créer l’osmose… Au théâtre, on appelle ça le contrat de la rampe. Si le public a l’air de se faire chier, c’est à toi, le gars sur scène, de changer la donne.

En conclusion, à qui s’adressent les soirées Below The Sun? A tous les amoureux de Heavy Rock, de musiques amplifiées, de concerts intimistes. A tous les curieux qui vont aussi en concert pour découvrir de nouvelles choses. Faites vivre la musique…allez en concert.

Je termine cet article avec un lien vers une photo prise par Patrick Baleydier pendant Harsh Toke…je trouve ce cliché absolument bluffant…respect : la photo prise par Patrick Baleydier.

Black Mirrors

Sunder

Harsh Toke

Vous avez aimé ? Vous aimerez aussi

«

»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.